Bouquet de Grenelle

68 avenue de la Motte Piquet, 75015 | Station Vélib’ sous le Métro aérien | Dimanche de 6h30 à 2h00

Note globale : 14

Situation : 13 | Cadre : 14 | Accueil : 15 | Ambiance : 14 | Qualité du café : 13

Prix du café : 2,50 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’ : « Donne des pommes » pour « Terre »

 

En voilà un emplacement stratégique ! Après quelques emplettes rue du Commerce ou au marché du dimanche sur l’avenue, l’occasion d’une petite pause régénératrice avant de s’engouffrer dans la bouche de métro qui s’ouvre à ses pieds.

La terrasse s’étale largement à l’angle des deux boulevards. Bruyante, c’est qu’il y a du trafic ! En plus, il fait frisquet : d’une douce quiétude presque estivale, on est passé cette nuit à un petit froid bien sec … Une bonne excuse pour se réfugier dans un café !

Déco typique des brasseries parisiennes ; de grands luminaires orange et chaleureux, des coupures de journaux au plafond et des photos à la Doisneau aux murs. En musique de fond, Radio nostalgie. Et surtout plein de petits coins sympas pour des groupes, trios, couples ou solitaires : chacun peut trouver son bonheur. Toutes les générations s’y côtoient d’ailleurs, des poussettes aux cannes …

« Un café et un crème, Mr Bertrand ! » s’égosille le patron. Le serveur, tenue traditionnelle et quelques années déjà au compteur, se précipite. Avec sa chemise blanche à manches courtes, il dénote face aux clients emmitouflés dans leurs écharpes et leurs bonnets. Mais c’est vrai qu’il se démène et court dans tous les sens sans jamais se départir de sa gentillesse et de son sourire.

« Attention les gars ! » Une appétissante tarte quitte le comptoir pour la vitrine réfrigérée … passant à quelques centimètres de nos narines : c’est vraiment du bar à Tatin, çà … pas du baratin !

L’arôme du petit noir est moins exceptionnel, mais l’eau chaude servie à part de l’expresso permet de doser l’allongé à sa convenance, ce qui est suffisamment rare pour être souligné …
Pour conclure : un bouquet qui mérite des fleurs !

http://www.pagesjaunes.fr/pros/54340329

 

 




Café Lomi

3 ter rue Marcadet, 75018 | Station Vélib’ 57 rue Ordener | Dimanche de 10h00 à 19h00

Note globale : 15

Situation : 8  | Cadre : 15 | Accueil : 17 | Ambiance : 15 | Qualité du café : 19

Prix d’un café : 2,20 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’ : « La tête lui tourne » pour « Vis »

 

Au milieu de nulle part, un long mur recouvert d’un graff monumental et juste en face, une oasis ; un petit bout de New-York en plein cœur de la Goutte d’Or, bien nommée en l’occurrence : c’est un véritable nectar que l’on déguste ici dans ce qui est, n’ayons pas peur des mots, le temple du Café !

Grand prix des torréfacteurs, champions de France de Latte Art et sans doute parmi les meilleurs sommeliers du café – pardon baristas : ils les torréfient (de subtils arômes viennent nous titiller les narines dès l’entrée), les vendent (impressionnante, la variété !), les servent (dans des tasses et soucoupes très british) et organisent de nombreux ateliers en français et en anglais (dégustation de grands crus ou cupping, technique des dessins réalisés sur la crème des expressos ou Latte Art etc.)

Pour les amateurs avertis donc, mais aussi les néophytes désireux de découvrir d’autres spécialités dans un lieu convivial, les aventuriers avides de surprises gustatives (le café-fromage, il faut oser !), ou les simples esthètes émerveillés par les motifs crées sur la mousse des cappuccinos.

Poutres en métal, murs de béton, briques et volumes généreux, ajoutés à des meubles de récup : une vieille malle, un gros canapé Chesterfield, une grande table communale et des ampoules dégringolant le long de la baie vitrée. Chaleureuse et déconcertante à la fois, la déco est aussi loftée que léchée, et l’endroit vite pris d’assaut : des étudiants anglo-saxons, une lectrice japonaise, de jeunes mères dont les bébés gazouillent dans leurs poussettes (il y a même une table à langer pour eux au sous-sol !).

Nombreux sont ceux qui ne résistent pas au plaisir d’accompagner leur précieux breuvage de scones aux pépites de chocolat tout juste sortis du four ou autres desserts maison, en attendant le plus copieux brunch dominical. Les serveuses s’affairent tranquillement, l’ambiance est étonnamment calme et vivante à la fois …

Pour conclure : la vraie goutte d’or, c’est ce café !

http://cafelomi.com/content/40-coffee-shop

 

 




La Gaîté

3 rue de la Gaîté, 75014 | Station Vélib’ 90 avenue du Maine | Dimanche de 9h00 à minuit | Accessible

Note globale : 14

Situation : 14  | Cadre : 13 | Accueil : 14 | Ambiance : 13 | Qualité du café : 14

Prix d’un café : 1,00 € avant midi

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’ : « Un alcool qui tient la route » pour « Rhum »

 

Paris sous la bruine : voilà une journée qui ne s’annonce pas de toute gaieté. On enfourche nos vélib’ sans gaieté de cœur …
Où trouver une note de gaieté ?

Direction Montparnasse, au cœur du quartier breton, vers la brasserie du même nom, ou « Crêpes Gaîté » comme certains l’appellent.
Elle est pourtant tenue par une famille auvergnate, mais qu’importe :
le nom chante joliment !

L’accueil est chaleureux, le service souriant, la déco gentiment hétéroclite. Et puis, une fois n’est pas coutume, même les prix vous font chaud au cœur : le petit noir et le grand crème, pris non pas au comptoir mais à une table, à 3 € seulement les deux, oui Madame !

On est pourtant dans un quartier très couru ; la rue elle-même est bordée d’une demi-douzaine de salles de spectacles et moult restaurants.
C’est que depuis les bals et les guinguettes du XIXème, elle a toujours fait la part belle aux divertissements … d’où son nom !

Des acteurs jouant dans les théâtres voisins y viennent avant leurs spectacles si l’on en croit les nombreuses photos en noir et blanc affichées au mur : Francis Huster ou Alain Delon posant avec le patron tout sourire, et d’autres encore …

Pour les petits-déjeuneurs, des sets avec le portrait de deux vieilles dames pliées de rire en buvant la tasse : les regarder, c’est comme prendre un bain chaud ! « La gaîté change l’hiver en été » disait Antoine Désaugiers : rien ne nous a semblé plus vrai ce matin !

Pour conclure : à bas la tristesse et vive la Gaîté !

https://www.facebook.com/pages/La-Brasserie-Gaîté/102638146451303

 

 




Café qui parle

24 rue Caulaincourt, 75018 | Station Vélib’ à l’angle de la rue Tourlaque | Dimanche de 8h00 à 23h00

Note globale : 14

Situation : 13  | Cadre : 13 | Accueil : 15 | Ambiance : 16 | Qualité du café : 12

Prix d’un café : 2,10 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’ : « Fruit qu’on fit » pour « Enfant »

 

Je ne sais pas s’il parle, mais en tout cas, on en parle ! Il faut dire qu’avec
un brunch à 17,50 € et à volonté, dès 10 heures les samedis, dimanches et jours fériés, c’est une sacrée adresse ! Et comme depuis notre séjour au Québec, on apprécie cette formule le week-end, va pour ce café bavard !

Toujours matinaux, on arrive à l’ouverture : bonne pioche ! Quelques minutes plus tard, une looooooongue file d’attente s’étire sur le trottoir.
La terrasse est aussi prise d’assaut malgré le trafic de la rue et le froid.

Haro sur les fauteuils de cuir couleur chocolat ! Le serveur nous explique
le principe : il nous apporte l’assiette de fromages et/ou charcuteries,
pour le reste, c’est self service.

Sur le comptoir en bois et sa table annexe, un large choix : taboulé et salades, œufs brouillés, fruits divers et d’hiver, viennoiseries et baguettes (fraîches), miel et confitures (maison), pâtes à tartiner (mention spéciale à celle aux spéculos !), gâteaux en tranches (industriels), jus d’orange (correct) et boissons chaudes en thermos (mais café filtre, dommage !)
Classique mais complet.

L’équipe est efficace et échange volontiers avec les clients, l’ambiance jeune et chaleureuse bien qu’un peu bruyante. Les tables très rapprochées y participent sans doute, mais difficile de s’en extirper sans donner un coup de coude au voisin (Mieux vaut ne pas avoir deux mains gauches !) Et à la fin de la matinée, il faut se battre pour aller se resservir, ça décourage un peu.
Sûr qu’on préfère y aller entre amis plutôt que pour un tête à tête !

Petit détour au sous-sol avant de partir, pour jeter un œil à la porte blindée menant aux coffres de cette ancienne banque. Egalement une affiche scolaire vintage du système gastro-intestinal … pour nous rappeler qu’après ces agapes, une petite balade digestive ne serait pas superflue ?

Pour conclure : un brunch qui nous branche.

http://www.lecafequiparle.fr

 

 




Triagoz de l’Ile grande

2 rue des Iles, 22 560 Pleumeur-Bodou | Ouvert 365 jours sur 365 de 8h00 à 1h00

Note globale : 13

Situation : 13  | Cadre : 13| Accueil : 14 | Ambiance : 13 | Qualité du café : 13

Prix d’un café : 1,20 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’ : « Elle peut être rieuse » pour « Mouette »

Pourquoi l’Ile grande ?
Pour en faire le tour en longeant son sentier des douaniers (7 km),
ou découvrir son allée couverte en escaladant sa butte (35 m),
ou encore faire la crêpe sur ses plages de sable fin,
ou bien tout simplement … s’attabler aux Triagoz !

Aux quoi ? Nom d’une palourde à l’oseille, quel drôle de nom !
C’est celui d’un archipel tout proche, que les phoques gris viennent souvent visiter quand ils sont trop dérangés sur la côte.
On peut y accéder par mer calme et en fonction du courant de marée,
et même grimper sur le balcon de son vieux phare de granit rose.

Mais revenons au cœur du bourg : une sympathique terrasse ensoleillée, légèrement en hauteur pour un poste d’observation tout trouvé, avec au loin la mer que l’on distingue par dessus les toits. Quelques randonneurs qui discutent tranquillement, et de doux gazouillis : on est à quelques miles de la réserve ornithologique des sept îles et le centre LPO* est juste à côté.

Tiens ! Les pieds de la table voisine sont peints en bleu : ça nous rappelle quelque chose ! Et les stores rayés bleus et blancs nous font penser à …
la culotte d’Obélix (il est vrai que le village gaulois est tout près !)
De jolies tasses colorées aux sachets de sucre assortis (la classe !) et, en guise de cendriers, des coquillages ramassés non loin.

L’intérieur est aussi chaleureux que l’accueil : murs de pierre et lambris clairs, cheminée et grande table de ferme. On peut y boire la tasse ou se sustenter : et vogue la galette !

Pour conclure : ce phare ouest mérite d’être votre saloon !

http://www.pleumeur-bodou.com/Les-Triagoz.html

*Ligue de Protection des Oiseaux