Province


image_pdfimage_print
Chez Fred ou le Bar des Vedettes
23/05/2021

Chez Fred

Le 23 mai 2021

Chez Fred, 19 place du Palais, 33 000 Bordeaux
Du lundi au samedi de 7h30 (9h le WE) à 2h (21h pendant le couvre-feu) 
Note globale : 16
Situation : 17
Cadre : 15
Accueil : 17
Ambiance : 17
Café : 14 
Prix d’un café : 2,00 €

 

Enfin ! Depuis mercredi, tous les signaux sont au verre … ou presque :
pour le petit noir au comptoir, nous attendrons le 9 juin.
Pour l’heure, ceux qui n’ont pas été terrassés par le Covid se contentent de savourer leur première gorgée de bière* en terrasse. Les conditions sont encore restreintes : jauge à 50%, moins de 6 par table, gel hydroalcoolique, masque lors des déplacements et horaires contraints – même si le couvre-feu est plus tardif**. Mais ni ces restrictions, ni la pluie (première cliente !), ne douchent notre enthousiasme : à nous la terrassothérapie !

Ca repart très fort : les cafetiers passent de la dépression à la pression – du moins, c’est mon impression. Tables et chaises fleurissent sur les trottoirs. Et sur les places de stationnement adjacentes, de nouvelles terrasses émergent, bâties en hâte avec des palettes. Quant aux clients, ils se bousculent. Les serveurs sont obligés de filtrer ; comme ils ne peuvent ouvrir qu’à moitié de leur capacité, certains préfèrent les champions de la descente (capables de boire pour 2 !)
Mais rien n’arrête les sevrés du café, pas même la météo. S’il le faut, ils viennent avec écharpe, couvre-chef, ciré et parapluie. De petits malins font mine de s’inquiéter :
« On a réservé sur Doctolib, combien de temps faut-il entre 2 doses d’expresso ? »

A Bord’eaux aussi, c’est l’effervescence. Non loin de la Garonne, Fred, le patron du Bar des Vedettes, a ressorti son mobilier et ses guirlandes de loupiotes. La placette a pris des airs de fête ; on dirait le sud !*** L’atmosphère est chaleureuse et tranquille. Pas une voiture, bien qu’on soit au cœur du centre historique. On aperçoit d’ailleurs la majestueuse silhouette de la Porte Cailhau****, monument emblématique s’il en est. Que dis-je ? Chais d’œuvre !!
Et quand le soleil se couche sur la place, la terrasse de Fred devient un lieu mag’hic.
Pas étonnant que les bordelais s’y précipitent …

Pour conclure : avec le lancement du barathon, n’oubliez pas la modération !

http://www.barchezfred.com

* Cf. « La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules » est un recueil de Philippe Delerm (1997).  Pour lui, le bonheur tient en 34 « plaisirs minuscules ». Il évoque, sous forme de petites séquences, la satisfaction immense qu’il tire de petits gestes insignifiants et nous rappelle que prendre le temps, socialement ou pour soi, n’est pas une perte de temps. 
** Il passe de 19 à 21h.
*** Chanson écrite et interprétée par Nino Ferrer en 1975, son plus grand succès.
**** Appelée aussi porte du Palais, elle faisait office à la fois de porte défensive et d’arc de triomphe. Construite en 1450, elle est classée monument historique depuis le 28 mai 1883.


Café vintage à Lannion
07/11/2020

Villa Vintage

Dimanche 25 octobre 2020

Villa Vintage, 9 rue Saint-Malo, 22 300 Lannion
De 10 h à 22 h (1 h du jeudi au samedi, 17 à 22h le dimanche).
Note globale : 14
Situation : 14
Cadre : 15
Accueil : 14
Ambiance : 13
Café : 14
Prix d’un café: 1,50 € 

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Il est complètement fichu » (châle)

 

Vintage : « Qui date d’une certaine époque » nous dit le dictionnaire  …
et pourtant, c’est l’un des derniers-nés de la ville : notre café du jour a à peine 15 mois !

La patronne est toute jeune elle aussi. Après Nice et Bordeaux, cette iranienne arrivée en France il y a 7 ans aspirait
au calme. Elle a donc choisi cette petite cité trégorroise* pour son nouveau commerce. Une fromagerie venait de fermer dans le centre historique : fan d’objets vintage et de musique ancienne, notre jeune entrepreneuse en a refait toute la déco.
Elle voulait qu’on s’y sente comme à la maison. Pari réussi : on a vraiment l’impression d’arriver chez Mamie avec les vieux meubles dépareillés, le phonographe hors d’âge et la collection de vinyles accrochés au mur de briques rouges : un refuge au virus de la branchitude autant qu’une véritable curiosité !  

On imagine de petits groupes faire des scrabbles tout en sirotant des tisanes devant Derrick, tandis que, bien calés
dans nos fauteuils (un tantinet défoncés !), on déguste notre petit noir, bercés par les chansons des années 30.
Mocha** et café viennois qu’Ava nous sert dans de jolies tasses vintage. Pour les petits creux, elle propose aussi un petit déjeuner*** ou des tapas maison aux heures des repas. Tranquille et discrète, elle s’assied volontiers quelques instants avec ses clients pour leur expliquer comment elle retape les meubles ou crée les bijoux et vêtements rétro exposés dans
la boutique. Dommage que deux paltoquets**** aient quitté la terrasse pour s’époumoner à l’intérieur : ce sera l’unique désagrément.

Pour conclure : un café dans son jus.

https://www.facebook.com/pages/category/Bar/Villa-vintage-912474389131584/

* Une des neuf provinces de Bretagne comprenant le nord-ouest des Côtes d’Armor et une partie du nord-est du Finistère. Principales villes : Lannion, Morlaix, Perros-Guirec, Guingamp et Tréguier, capitale historique.
** Région de l’Équateur qui a donné son nom à une boisson caféinée à base d’espresso, de lait et de chocolat.
*** Café + viennoiserie + jus de fruits + pain et confiture (4,50€)
**** Hommes insignifiants et prétentieux (le mot vient de Paletot, jaquette de païsan, et désignait autrefois un homme
aux manières paysannes et vêtu grossièrement).


La Canopée
30/10/2020

La Canopée

Dimanche 18 octobre 2020
La Canopée, 23 place de l’hôtel de ville, 22 700 Perros-Guirec
De 9h à 17h30 (21h30 vendredi et samedi), fermé dimanche et lundi
Note globale : 14
Situation : 14
Cadre : 14
Accueil : 14
Ambiance : 14
Café : 16
Prix d’un café: 1,40 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« On se passerait bien de son avis » (tempête)

 

Sur son zodiaque, Bruno-Guy Doré fendait les flots : chaque été, c’était lui qui tirait le portrait des stagiaires et moniteurs* du Centre Nautique en pleine action. Il faut dire qu’il n’avait pas son pareil pour saisir leurs expressions. Au cœur du Bourg, sa boutique ne désemplissait pas. Et puis, en mars 2015, le choc : il décède brutalement à 56 ans. Après quelques mois,      sa femme finit par mettre la clé sous la porte …

Aujourd’hui, le vent est glacial. Ses rafales nous poussent à l’intérieur d’un petit café. Quatre tables et une tablette devant un hublot géant, ce mouchoir de poche est une oasis réconfortante, un (mini) jardin tropical. Sur le papier peint, fleurs et oiseaux exotiques colorent le feuillage luxuriant, tandis que des plantes en cascade dégringolent du plafond. C’est vrai qu’on a l’impression d’être dans une canopée** !

Derrière le comptoir, Aurore, la pâtissière, enfourne un financier aux châtaignes dont le fumet embaume bientôt la pièce. Son amie Laura, gérante du lieu, nous apporte nos boissons sur un petit plateau rond, d’un joli vieux rose assorti au mur
de la cuisine … et à la devise de la ville : « #lavieenroz ». Mon expresso pur Arabica torréfié chez Darjeeling*** est présenté dans une jolie tasse rétro. Il est accompagné d’un échantillon du dessert du jour, fait maison et moelleux à souhait.
Par contre, notre restauratrice n’a pas encore la main (ou le matériel**** ?) pour le Latte ; mon cher et tendre est un peu déçu de ne pas trouver de mousse crémeuse même s’il  admet qu’il ne manque pas de caractère. Ce sera la seule (petite) fausse note tant les produits sont de qualité et l’accueil délicat. Bruno-Guy serait fier de sa fille …

Pour conclure : de la photo au restau.

https://www.facebook.com/lacanopee.perros/ 

* Dont nos deux fistons dans les deux catégories pendant quelques années ! 😉
** Strate supérieure d’une forêt, composée des feuillages directement exposés au rayonnement solaire, parfois considérée comme un écosystème distinct, notamment en forêt tropicale où elle constitue un habitat riche de biodiversité. 
*** http://lescafesdottilie.fr/mokadarjeeling-tregastel/
**** Buse vapeur de la machine à expresso pour les professionnels,
voire mousseur à lait automatique disponible au rayon petit électro ménager.


Un coffee-shop bordelais
18/10/2020

Piha

Dimanche 4 octobre 2020
Café Piha, 69 rue des Ayres, 33 000 Bordeaux
De 9h à 16h30, 10h le WE (17h le samedi, 16h le dimanche), fermé le mardi
Note globale : 17
Situation : 14
Cadre : 15
Accueil : 18
Ambiance : 18
Café : 18
Prix d’un café: 2 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Peut être bourgeois à Bordeaux » (Cru)

 

Piha, c’est là : de l’hôtel de la Presse*, on a descendu la rue principale** puis tourné à droite. Quelques tables
sur les pavés, notre coffee-shop du jour est à mille lieues de l’effervescence et pourtant au cœur de la ville …

Un porte-filtre de percolateur professionnel remplace la poignée : dès l’entrée, le ton est donné !
L’odeur du café torréfié sur place, les sacs en toile de jute des quatre coins du monde et la rutilante machine à torréfier
le confirment : on est au royaume du café !

C’est en Nouvelle-Zélande que le patron en a appris les secrets. Grand amateur de Kitesurf, il était parti y chercher le vent … et en est revenu barista. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, ses habitants ont développé une passion pour ce nectar, à tel point que leur pays compterait, dit-on, plus de torréfacteurs par habitant que la moyenne mondiale – et même qu’il produirait le meilleur café du monde.

En 2017, notre aventurier acquiert cette ancienne imprimerie bordelaise qu’il transforme en salon de café ;
il lui donne le nom de sa plage préférée là-bas : Piha***.

Dans cette vieille bâtisse, l’espace est limité mais plein de charme. Les pierres apparentes, le mobilier en bois et les canapés recouverts de coussins multicolores lui donnent un côté chaleureux. Les canisses tendues entre les poutres du plafond et les plantes tropicales apportent quant à elles une touche d’exotisme.
Au fond, face à la cuisine vitrée, la table d’hôtes accueille une famille. Car toutes les places sont déjà prises (on est pourtant arrivés 10 minutes avant l’ouverture officielle, c’était déjà quasi plein !) Malgré cela, le personnel reste zen tout en étant efficace ; c’est une équipe de passionnés qui a plaisir à échanger autour du café et vous orienter vers celui qui vous correspond le mieux. Dommage que l’on doive (déjà) rentrer dans la capitale : on aurait bien testé leur atelier dégustation-torréfaction !

Pour conclure : rue des Ayres … mais pas désert !

https://www.cafepiha.com

* Notre base incontournable à Bordeaux ! 😉              
** Rue Sainte-Catherine.
*** A l’ouest d’Auckland, Piha est une plage de sable noir appréciée des surfeurs pour ses rouleaux. 
L’immense rocher qui la coupe en deux illustre le logo de notre coffee-shop du jour.


Kuro
15/10/2020

Kuro

Samedi 3 octobre 2020

Kuro, 5 rue Mautrec, 33 000 Bordeaux
De 9h à 17h (sauf le dimanche)
Note globale : 15
Situation : 16
Cadre : 13
Accueil : 14
Ambiance : 15
Café : 17
Prix d’un café: 2,80 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Brûle un palais japonais » (wasabi*)

Tout près de l’hôtel de la Presse**, au bout de la rue Ste Catherine et en face du théâtre, Kuro est situé dans l’un des quartiers les plus animés du centre historique de Bordeaux. Et en même temps, il est installé dans une vieille bâtisse
d’une ruelle piétonne particulièrement calme : à la fois éloigné de l’agitation et à deux pas du cœur de la ville,
autant dire une localisation parfaite !

A 9h10, on est déjà 7 à faire le pied de grue : bon signe pour la qualité … moins pour la ponctualité. Il faut patienter
encore un peu avant que le store ne se soulève, puis encore pour que la jeune gérante sorte et déplie une à une
les 3 tables et 6 chaises installées dehors (On a eu le temps de les compter !)

L’intérieur est minuscule (15 places !) mais ne manque pas de charme avec ses vieilles pierres, ses meubles en bois clair
et sa belle hauteur sous plafond.
D’exquises effluves s’échappent du four qu’on aperçoit au fond. Aujourd’hui, le patron a confectionné un roulé-sucré
à la japonaise***. C’est qu’il adore ce pays qui a inspiré le nom de son coffee-shop : « Kuro » signifie « noir » comme
la couleur de l’expresso dont il est grand amateur. C’est même un expert (un vrai sommelier du café !), qui prend plaisir
à conseiller ses clients en fonction de leurs goûts.

De son côté, sa compagne prépare les boissons et assure le service. Celui-ci s’accélère peu à peu – elle est en mode diésel ! Heureusement, car la salle est bientôt pleine : des adaptes du café – notamment le filtre type Hario ou Chemex****, mais aussi de petites familles attablées pour une collation insolite et gourmande.

Pour conclure : on court au Kuro !

https://www.youtube.com/watch?v=cTTxdHuwcDY

* Condiment très piquant.
** Dirigé par la femme de notre petit dernier : on l’a testé … et approuvé ! 😉
*** Avec des haricots rouges « azuki », très utilisés en sucré dans la cuisine japonaise.
**** La Chemex est la méthode douce la plus populaire ; son filtre à papier épais donne au café
un corps léger tout en gardant une grande douceur aromatique. Avec le Hario V60, on est moins dans l’infusion 
car il apporte une grande puissance aromatique tout en gardant un corps léger.


Canelés de Baillardran

Vendredi 2 octobre 2020

Canelés-Café Baillardran, 36 Place Gambetta, 33000 Bordeaux
De 8h30 à 20h (9h à 19h30 le dimanche)
Note globale : 15
Situation : 14
Cadre : 15
Accueil : 16
Ambiance : 15
Café : 15
Prix d’un café: 1,90 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Proche du bordeaux » (cramoisi)

 

Vendredi soir : notre TGV Inouï entre en gare Saint Jean …
Mon œil aguerri avise bientôt un café rouge et or. C’est Baillardran qui propose aussi (et surtout) de petits gâteaux recouverts d’une croûte caramélisée. Ah, les canelés !* Si l’on devait résumer Bordeaux à une gourmandise, c’est cette spécialité** à la forme si particulière qui viendrait aussitôt à l’esprit. Son nom vient d’ailleurs des petits moules en cuivre canelés dans lesquels on les cuit.

C’est en 1988 que Philippe Baillardran, fils de pâtissier, décide d’en faire son produit phare. Alliant savoir-faire et tradition,
il améliore sa qualité et reste LA référence malgré les nombreux concurrents. Peu à peu, d’autres boutiques de l’enseigne ouvrent au cœur de la ville. Son vaisseau amiral ? Incontestablement celui de la place Gambetta. La preuve : il s’est offert cette case dans la nouvelle édition du jeu Monopoly Bordeaux ! Un nouveau concept qui marie judicieusement café, boutique, laboratoire et cours ouverts à tous.

La boutique est colorée et joliment mise en scène. On y retrouve les couleurs de la Maison – jusqu’à la robe de (l’adorable) serveuse ! – et son côté rétro souligné par les vieilles pierres et le carrelage à l’ancienne. Des luminaires en cuivre rappellent les moules des célèbres canelés tandis qu’on aperçoit derrière un mur vitré, la fameuse « Ecole de canelés*** ».
La partie café ne propose qu’une demi-douzaine de tables bistrot, plus quelques une à l’extérieur … mais il pleut !
Par chance, nous trouvons deux places. De quoi prendre plaisir à déguster nos excellents cafés**** accompagnés de
mini canelés aux notes légères de rhum et de vanille … pour un prix somme toute modique compte tenu du cadre et
de la prestation !

Pour conclure : des gâteaux pleins d’a-rhums.

www.baillardran.com     

* Ou « cannelés » car personne ne s’accorde vraiment sur l’orthographe exacte du nom 
et en fait, aucune des écritures n’est inexacte. 
** Pâtisserie bordelaise datant du XVIè siècle.
*** Associée à l’Atelier des Chefs.   
 **** Italiens (« Ily »)


Nogent-le-Rotrou
23/09/2020

L’Adresse

Dimanche 20 septembre 2020 

L’Adresse, 17 Place St Pol, 28400 Nogent-le-Rotrou*
Du lundi au samedi de 8h30 à minuit
Prix de l’expresso : 1,20 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« On l’écrase parfois en voiture » (champignon)

 

En ce moment, nos voisins sont à l’ouest. Ils ont invité tout l’étage pour le week-end et nous avons saisi la Perche ! Quelques kilomètres avant l’arrivée, un impressionnant donjon** surplombe la route : il a été bâti par les ancêtres
de nos gens de Rotrou, de quoi donner envie de faire leur connaissance – des nogentais, pas leurs aïeux ! Quoique :
on n’est pas loin de Montmirail et des Visiteurs pourraient s’annoncer …

Sur la place de la Mairie, c’est l’effervescence ; c’est samedi, jour de marché ! Après avoir fait le plein de produits du terroir, les chalands apprécient de pouvoir se poser sur les terrasses des nombreux cafés. On en choisit une un peu au hasard
pour ses tables à l’ombre de grands parasols. L’intérieur, plus frais encore, s’étire tout en longueur, d’une rue à l’autre – avec une entrée accessible : avis aux PMR***. Un peu sombre mais on y vient plus pour l’ambiance que mettent le patron et ses habitués.

« Je baisse le rideau ! » L’un d’eux enlève son masque et s’adresse à l’assemblée réunie autour du comptoir. L’heure
est à la lecture des nouvelles. Aujourd’hui, ce sont les accidents de la route. « 40 % sont dus à l’alcool », décrypte-il
sur le journal local, pour conclure hilare : «  Ca veut dire que 60 % sont provoqués par des buveurs d’eau ! … 
Gauthier, remets-moi un calva**** ! … Bon, pas trop quand même, sinon ma femme va encore m’crier dessus ! ».

Nous autres citadins sommes plus sobres. A tort car le petit noir est loin d’être préparé avec la même adresse :
il nous arrache la gorge et le biscuit qui l’accompagne ne suffit pas à l’adoucir !

Pour conclure : côté café, une mal adresse …

https://www.facebook.com/ladressebarnogentrtou

* La forme ancienne nogiomum permet de dissocier ce Nogent des autres Nogent. Il s’agit ici d’une composition
novio– (nouveau), plus –magos (champ, marché), donc « le nouveau marché ».
Le toponyme Nogent-le-Rotrou apparait au XIIè siècle, du nom des seigneurs de la ville et comtes du Perche.
** Construit dans les années 1040, le donjon du château Saint-Jean est l’un des plus anciens de ce type encore debout
en France ; il est rectangulaire et fait 35 m de haut.
*** Personnes à Mobilité Réduite.
**** Appellation familière du « Calvados », le « Calva » est une eau-de-vie de Normandie obtenue par distillation
de cidre ou de poiré.


Terrasse à Mauvezin

Dimanche 2 août 2020

Le Grand Café du Printemps, 2 place Verdun, 32 120 Mauvezin
Tous les jours « du matin au soir »
Prix de l’expresso : 1,30 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Arrive sans précipitation » (sécheresse)

Face à l’esplanade de l’ancien château*, le Grand Café du Printemps est un incontournable. 
Il a abrité le premier cinéma du village en 1924 … et semble figé dans le temps depuis !
Sa grande terrasse ombragée est toujours prisée, particulièrement quand le cagnard assomme le village.
Et notamment aujourd’hui : il fait 39° !

Un freluquet vieillard s’y dirige tranquillement.
– Eh bé, v’là le jeune homme !, sourit Annie, la patronne.
– Attention, v’là l’Antiquité ! prévient-il en pénétrant sous la tonnelle.
Il aborde une famille de touristes avec un large sourire :
– Moi, j’ai 94 ans et mes 100 ans, je vais y arriver : je partirai quand il faudra, mais pas avant !
Vous savez ce que c’est qu’une carne ? C’est invendable et ça sert à rien. Eh bé moi, j’suis une carne.
Et d’ajouter avec un clin d’œil complice : les vieux, faudrait s’en débarrasser dès qu’ils sont pitchous**.
Allez, roulez jeunesse !
Puis il se tourne vers un couple attablé plus au fond :
– Vous savez le remède miracle qui m’fait marcher sans canne pour 3,11 € par mois ?
C’est l’aspirine ! Et ma mémoire, elle a pas besoin d’ordinateur ! Allez, adiou !
Il repart alors, visiblement ravi de sa prestation : un vrai Gascon !***
Un habitué lève les yeux au ciel :
– Y nous épuise, faut faire quelque chose. Comment qu’on l’débranche ?
Avec lui, ils sont une demi-douzaine de papys à commenter les résultats du dernier match de rugby
de leur accent rocailleux …

Bientôt midi : notre avenante patronne disparaît pour s’enquérir du repas.
Le café fait aussi restaurant – oh, pas un étoilé, mais une cuisine simple et familiale à base de produits locaux.
On y propose un déjeuner à prix fixe composé de 3 plats et un quart de vin en pichet :
melon de Lectoure, jambon cru ou foie gras de canard maison ;
magret, confit ou cassoulet accompagnés de pommes de terre sautées à l’ail de Mauvezin et tomates desséchées 
et la fameuse croustade**** en guise de dessert.
Ici, le bonheur est dans l’assiette et l’authenticité au bout de la fourchette ! 

Pour conclure : un Gascon qui tient ses promesses.

https://www.facebook.com/grandcafeduprintemps/

*  L’ancienne forteresse du village, redoutée des alentours, lui valut son nom de « Mauvais voisin » (en occitan : mau vesin)
**  Enfants.                                              
*** Fanfaron, hâbleur.                                           
**** Tarte aux pommes régionale.


Montauban-de-Bretagne
28/07/2020

Le Café des Sports

Dimanche 26 juillet 2020
Le Café des Sports, 3 rue du Général de Gaulle, 35 360 Montauban-de-Bretagne
Tous les jours de 7h à 21h (8h le WE)
Prix de l’expresso : 1,20 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Ont souvent une fièvre de cheval » (turfistes)

Il fait soif ! Partis aux horreurs* pour un interminable voyage jusqu’à Montauban de Gascogne, notre gosier est déjà sec. Mais trouverons nous de quoi nous désaltérer à une heure si matinale … un dimanche de surcroit ?
A droite de la voie rapide se dresse un clocher tout proche, celui de Montauban de Bretagne : un signe !

Gagné ! Le café du village est ouvert. Plutôt banal de l’extérieur, mais qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse.
Et là, surprise : la déco est bien plus au goût du jour à l’intérieur, avec beaucoup d’espace et de lumière – mention spéciale
à la verrière en pyramide de la pièce du fond. Mais surtout quelle ambiance ! Chaleureuse et bon enfant dans la première
salle noire de monde. A croire que tous les Montalbanais** s’y sont donnés rendez-vous ! Les plus anciens sont
dûment chapeautés, jour du Seigneur oblige. Un petit verre de blanc pour chacun et les échanges fusent :

– Tu crois en Dieu, toi ? Eh ben, t’es pas rancunier !
– J’ai dit je crois, j’ai pas dit qu’j’étais sûr … Eh, le Gwe, remets-moi un coup ! ***
– C’est çà : quand ton verre est plein, tu le vides et quand il est vide, tu le plains …
– Dis voir Imogène, tes prothèses visuelles t’as pas c’te jour ?
– Ah, gast ! J’oublie toujours quelque chose ; la seule chose que je n’oublie pas, c’est d’oublier quelque chose …

Dans la pièce voisine, des jeunes disputent une partie de billard tandis qu’un turfomaniaque remplit fébrilement ses grilles,
ses journaux étalés devant de lui.
Ici, c’est LE coeur du bourg ; on s’y retrouve  au quotidien mais pas seulement. Toute l’année est rythmée par des soirées : de la galette des rois à la Saint-Sylvestre en passant par la Saint-Patrick, la fête de la musique, Halloween et le Beaujolais nouveau – sans compter les spéciales karaokés, latinos ou despérados.

Si le service est un peu débordé, la gentillesse est de mise. Mais ne demandez pas croissants ou tartines ;
il faut aller les chercher soi-même, comme souvent dans la région, à la boulangerie (heureusement) voisine****.
Le petit noir a du caractère, le lait du crème est servi à part dans un charmant petit pot et les biscuits qui les accompagnent sont délicieusement craquants. Vous préférez un Perrier ? Ne soyez pas surpris de voir arriver une « Plancoët intense » :
c’est sa cousine bretonne !

Pour conclure : lever le coude, c’est du sport.

https://www.facebook.com/pages/category/Sports-Bar/Le-BDS-Bar-Des-Sports  

*  Aux aurores ! 😉        
** Habitants de Montauban-de-Bretagne (environ 6 000)     
*** Sers-moi à boire !
**** « Aux Délices de Montauban », ouverte tous les jours de 6h30 à 20h … et dont le nom tient ses promesses !


Pesked, la rhumerie de Plouguiel
21/07/2020

Café Pesked

Dimanche 19 juillet 2020
Café Pesked*, 21 rue du Port, La Roche jaune, 22 220 Plouguiel
Du mercredi au dimanche, tous les jours pendant les vacances scolaires
Prix de l’expresso : 1,50 €

Aux mots croisés du jour, la meilleure def’ :
« Des gars des eaux » (Marins).

 

La petite route dégringole jusqu’au port de La Roche Jaune**. Sa particularité ? Elle est submersible : chaque mois, le Jaudy la recouvre entièrement jusqu’à s’inviter parfois dans les maisons. Emile a vécu enfant au Pesked et se souvient avoir vu
la mer y entrer et venir jusqu’au pied du lit. L’ancienne cabane de pêcheurs est devenue café-restaurant, mais les grandes marées*** rythment toujours les mois. Il vaut donc mieux surveiller leurs coefficients avant d’y faire escale et prévoir de grandes bottes, voire un canot pour accoster jusqu’au perron !

Une fois rendu, on est au bout du monde : les pieds dans l’eau ou leurs doigts en éventail, on profite de la vue sur l’estuaire et ses « plates**** ». Si l’extérieur peut paraître banal, dès le seuil franchi, on est sous le charme : les couleurs bigarrées,
le joyeux bric à brac d’objets marins et le comptoir aux allures de bar des îles avec son toit de paille. Tellement pittoresque que bien des films ont d’ailleurs été tournés ici.

Quelques plaisanciers et randonneurs (on est sur le GR 34), mais pas de hordes de touristes. Les clients sont surtout
des Rochois, pêcheurs ou retraités, ostréiculteurs ou cultivateurs bio (dont quelques figures locales particulièrement expressives !) On échange des infos entre voisins ou on trinque dans un joyeux brouhaha (ce doit être le rhum !)
Des étudiants étrangers venus apprendre notre langue assurent le service : simple et convivial, parfois approximatif,
mais c’est finalement bien dans l’esprit de la maison !

Si l’on peut boire un café (accompagné de sa mini galette Saint-Michel toute au beurre !) ou une bière du cru*****,
la spécialité, ce sont les rhums arrangés maison : canneberge, gingembre, miel, figue, ananas, dattes, cannelle, kumquat
et autres. Souvenir des Antilles où la patronne a passé son enfance avant de s’installer au Québec comme boulangère
puis guide de chiens de traîneau … mais c’est une autre histoire !
Un petit creux ? Cap sur les ressources locales : bar grillé, moules de bouchot, homard entier, palourdes farcies, huîtres
du coin (l’ostréiculteur est à 200m) … mais une addition qui a parfois le goût de la mer : salée !

Pour conclure : ici, tous les chemins mènent à rhum.

https://www.facebook.com/Le-Café-Pesked

* Pesked (prononcer « pesket ») : poissons, en breton.  
** Nom en lien avec les lichens qui recouvrent les rochers. A moins que ce ne soit avec l’infidélité associée à cette couleur : on sait que les marins partaient pour de longs mois …
*** A la pleine lune et la nouvelle lune, lorsque la Terre, la Lune et le Soleil sont dans le même axe : l’influence des corps célestes s’additionne et les marées sont de plus grande amplitude.
**** Bateaux ostréicoles.  
***** « La Philomenn » de Tréguier (petite ville de caractère toute proche).


Page 1 of 812345...Last »