Étranger


image_pdfimage_print
Brême
17/09/2022

Engel Weincafé

Le 25 septembre 2022
Engel Weincafé, Ostertorsteinweg 31-33, Brême (Allemagne)
Du mardi au samedi, de 10h à minuit (17h le dimanche)
Note globale : 14
Situation : 13
Cadre : 13
Accueil : 15
Ambiance : 15
Café : 14 
Prix d’un café : 2,10 €

Aux mots croisés du jour : « Cahier de notes » (partitions)


Les musiciens de Brême*, c’est nous ! Pour un week-end – pardon : « Wochenende » -, tous les présidents et chefs de chœur des chorales franco-allemandes** se rejoignent cette année dans la cité hanséatique***.

Notre point de ralliement est l’Institut français, dans le Viertel, quartier branché de l’est de la ville.Tout le monde n’est pas encore arrivé. Sur la place voisine, un ange passe ; on l’attrape au vol : quel meilleur endroit qu’un « Café à vin » pour patienter ?

D’autant que la terrasse est agréable : à l’ombre des arbres ou des parasols, on s’émerveille des maisons colorées et des ruelles pavées … moins des trams tout proches. Heureusement, à l’intérieur, la vieille bâtisse ne manque pas de charme ; bois foncé et sol en damier nous rappellent que c’était autrefois une pharmacie. Un parfum de nostalgie flotte ; l’atmosphère est tranquille : une vraie petite oasis … 

L’amatrice de café que je suis est aux anges : l’expresso est servi dans une tasse siglée « Freibeuter Kaffee aus übersee**** », avec un dé de gâteau maison et un petit verre d’eau croquignolet … il ne manque plus que le napperon !
Le fin connaisseur de thé doit avoir une patience d’ange : ici, pas de sachets mais des feuilles de thé en vrac !
L’amateur de vin exigeant quant à lui bénéficie d’un vaste choix, qu’il peut compléter d’un plat du cru, bien roboratif. 
Et le curieux ne résiste pas à un très amusant et savoureux Spritzer de jus de cola et rhubarbe, servi dans un verre à vin !

Mais pour qui veut sourire aux anges, c’est un lundi qu’il faut venir, quand au début de chaque mois, des artistes viennent s’y produire … musicallemand !

Pour conclure : on en repart en-chant-és !

https://www.engelweincafe-bremen.de/
* Conte des Frères Grimm : un meunier décide de tuer son âne devenu trop vieux, pour récupérer sa peau. L'animal, qui a compris, s'enfuit à Brême pour devenir musicien. Chemin faisant, il rencontre un chien, un chat et un coq dans la même situation. Tous quatre découvrent une maison habitée par des voleurs. Ils élaborent un plan pour prendre leur place : l'âne se place devant la fenêtre, le chien monte sur l'âne, le chat sur le chien et le coq sur le chat puis ils donnent tous de la voix ensemble. Effrayés, les voleurs s'enfuient et nos 4 compères s'installent dans la maison.
** Berlin, Münich, Freiburg, Bonn, Aachen, Köln, Brême et Hambourg ; Paris, Strasbourg, Lyon, Orange, Toulouse, Aurillac, Le Mans, Boulogne-sur-mer + Zürich et Varsovie.
*** Ville d’Europe du Nord qui, au Moyen-Age, a adhéré à la ligue marchande de la Hanse : 200 en tout dont Lübeck, Hambourg, Cologne et dBrême.
**** Littéralement : « Café corsaire d'outre-mer » !






Montréal (Québec)


Le 7 août 2022
Crew* Collective Café, 360 rue St Jacques, Montréal, Québec/Canada 
De 8h à 16h (en fin de semaine, de 10h à 17h) – Accessible
Note globale : 15
Situation : 15
Cadre : 17
Accueil : 13
Ambiance : 15
Café : 15 
Prix d’un café : 2,83 $ canadiens (= 2,17 €), taxes et service compris

Aux mots croisés du jour : « Plantation d’oseille » (banque), définition de Pierre Perret.

       Impressionnant ! Ce gratte-ciel du Vieux-Port est typique de l’architecture des années 20 : mélange d’Antiquité romaine, de gothique florentin et de Renaissance. Il abritait naguère un temple de la finance, la Banque Royale du Canada.

       Monumental ! Son hall de 12 000 pieds carrés** a été magnifiquement restauré : mosaïque au chiffre*** de la Banque, murs de pierre calcaire et de grès aux armes des neuf provinces de l’époque, plafonds à caissons de bois et dorures.
Pas étonnant qu’il ait servi de décor à de nombreux films ! 

       Grandiose ! Installé au rez-de-chaussée, notre café du jour a conservé son sol de marbre et son plafond peint de 50 pieds de haut****, ainsi que ses fenêtres cintrées, ses somptueux luminaires et ses guichets en laiton. On plonge dans une autre époque … 

Un voyage dans le temps qui se mérite : première queue pour commander et payer, seconde pour récupérer sa boisson (sans alcool, uniquement) – voire une petite collation -, puis recherche d’une place libre.
Vous souhaitez lire ou discuter ? A vous l’un des sofas.
Jeter un œil à vos courriels ? Préférez une table collective.
Besoin de vous concentrer, seul ou en (tout) petit groupe ? Optez pour un box, parfait pour la productivité, tout en étant ouvert à l’ambiance du café, et par ailleurs bien éclairé contrairement à l’espace commun.

Un bon point : on trouve des prises électriques partout et le Wi-fi est gratuit, sans mot de passe, ultra rapide.
Ambiance feutrée de bibliothèque : on y croise surtout des étudiants et de jeunes entrepreneurs, plus quelques curieux***** … comme nous ! 

       Immense ! L’espace de co-working situé derrière le comptoirPour environ 500 $ (canadiens) par mois, ses membres disposent de salles de travail ou de conférence et de plusieurs services (concierge pour le courrier, les rencontres ou les commandes, accès prioritaire à une communauté de designers et développeurs etc.)
 
       Epoustouflant ! Envie de cette toile de fond pour vos évènements ?
Pour un tournage de film, un mariage ou un anniversaire, louez une salle … voire la totalité ! 

Pour conclure : un café en or (massif !)

https://www.crewcollectivecafe.com

* Fondée en 2012, Crew (pour « équipage », « équipe », « membres d’un collectif ») est une agence créative qui met en relation pigistes et clients pour leur permettre de développer leurs projets.
En réponse aux premiers, elle ouvre son Café en mai 2016.
** Soit 11 145 m2.      
*** Armoiries.     
**** Plus de 15 mètres de haut.    
**** Environ 300 personnes y viennent tous les jours.













Quartier latin
02/08/2022

Ginkgo


Le 31 juillet 2022
Ginkgo, 308 rue Ste-Catherine Est, Montréal, Québec/Canada 
De 8h à 21h (15h en fin de semaine) – Accessible
Note globale : 15
Situation : 15
Cadre : 16
Accueil : 16
Ambiance : 14
Café : 14 
Prix d’un café : 3 $ canadiens (= 2,27 €)

Aux mots croisés du jour : « Les Québécois en raffolent » (poutine)

Le ginkgo, c’est un arbre chinois dont les phytothérapeutes utilisent les feuilles pour  traiter les problèmes de mémoire et concentration. D’où le nom de ce café du quartier latin de Montréal, enchâssé au rez-de-chaussée d’un pavillon de l’UQAM*. Etudiants, professeurs et personnel universitaire n’ont donc pas besoin de sortir pour s’y retrouver ou juste se canter** : pratique … notamment en hiver par -30° ! 

Le Ginkgo, c’est aussi un décor à couper le souffle : volumes invraisemblables et lumière prodigieuse grâce à son immense verrière. De quoi profiter au maximum du moindre rayon de soleil (notamment en hiver …) La verdure n’est pas en reste : 
murs végétalisés, plantes à foison y compris dans de gigantesques cages blanches suspendues au plafond – pour représenter la nature qu’on tient en otage ? Trêve de plaisanterie, c’est original, léger et esthétique, et donne à ce café des allures de serre. 

A l’extérieur, une terrasse, et à l’étage, une mezzanine pouvant accueillir des groupes de plus de 20 personnes : idéale pour un anniversaire, un lancement de produit ou tout autre événement, en lien avec les projets d’étudiants par exemple.

– Tu vas-tu bien ?, nous demande la serveuse en guise d’accueil.
– Ma foi, c’est pas si pire*** !

On regrette juste d’avoir déjà pris notre déjeuner**** quand nos voisins attaquent leurs (généreux) brunchs :
pancakes chocolat-banane-fraise, œufs Bénédicte et même une poutine***** pour un grand slaque****** à la chemise carreautée  … et l’estomac d’acier !
Heureusement, côté breuvages, c’est correc’ ******* pour nous, et le dessin du Latte, la cerise sur le sundae !

Pour conclure : un palais de verres.

http://www.ginkgocafebar.ca/

* Pavillon de l’école des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal.
** Se poser.   
*** Expression très répandue au Québec signifiant « pas mal », « plutôt bien ».
**** Petit-déjeuner … le dîner correspondant à notre déjeuner et le souper à notre dîner : vous suivez ?
***** Très populaire au Québec, la poutine est composée de pommes de terre frites garnies de fromage en grains et arrosées d’une sauce brune chaude. C’est du 1500 calories/assiette minimum et de quoi paralyser votre tube digestif pour deux jours !
****** Personne de grande taille.   
******* C’est bien.











Café-brûlerie
29/07/2022

Appalaches


Le 24 juillet 2022
Appalaches, 4 rue des Pins, Mansonville*, Québec/Canada
De 8h à 16h, 9h en fin de semaine (fermé le mardi et le mercredi)
Note globale : 17
Situation : 14
Cadre : 16
Accueil : 19
Ambiance : 17
Café : 19 
Prix d’un café : 2,75 $ canadiens (= 2,09 €)

Aux mots croisés du jour : « De quoi se sucrer le bec » (Erable)

Appalaches**, c’est ma cabane au Canada ! Une bâtisse centenaire couleur café, installée au coeur du village, face au Parc.
Elle est grande comme ma poche, mais chaleureuse et confortable : comme à la maison ! Christine nous accueille avec une montagne d’enthousiasme tandis que Martin s’affaire à sa machine à torréfier dont les délicates effluves nous embaument.

Tous deux sont des québécois pure laine … et passionnés de café. Ca f’sait un bout d’temps qu’ils rêvaient de leur brûlerie ; à un moment, faut qu’les bottines suivent les babines *** : au printemps 2020, ils suivent une formation, rénovent un local, font les achats et ouvrent leur boutique. Elle a l’expérience de la vente et le goût de l’aménagement ; lui vient du milieu culturel mais brûle de se lancer dans la torréfaction. De son ordinateur, il surveille la cuisson : elle doit être au poil ****.
– Tu dois avoir ben chaud, s’inquiète une habituée.
– Non, j’me mets ici et j’ai la clim’, explique-t-il en faisant un pas de côté.
– Ah, tu fais une ‘tite danse, alors !

Autour d’une petite table ou calé dans un bon vieux fauteuil, au milieu des énormes sacs en toile de jute, machines et autres ustensiles, on savoure un café d’exception préparé avec soin – les aventuriers optent pour le mélange mystère, les becs sucrés pour les cookies repérés sur le comptoir … et on se lâche lousse*****.

Une halte désormais incontournable pour les villageois, cyclistes ou skieurs selon la saison : en dedans, en-dehors sur les grandes tables de bois, ou juste pour emporter, on s’en vient pour une boisson réconfortante et un accueil qui l’est tout autant.

Pour conclure : on brûle d’y retourner.

https://appalachestorrefacteur.com

* Dans les Cantons de l’Est, ou Estrie, à 140 km de Montréal (soit 1h50 en voiture)
** Montagne à l’Est de l’Amérique du Nord, sur plus de 2 000 km de Terre-Neuve (Canada) à l’Alabama (Etats-Unis). 
*** Passer à l’action.      
**** Parfaite !    
***** On se laisse aller (« loose » pour libre).








Café québécois
23/07/2022

Yamabiko


Le 17 juillet 2022
Yamabiko, 6a Principale Sud, Sutton, Québec J0E 2K0 (Accessible)
De 8h à 16h (17h vendredi/samedi, 9h dimanche/lundi, fermé le mardi)
Note globale : 15
Situation : 13
Cadre : 16
Accueil : 15
Ambiance : 14
Café : 17 
Prix d’un café : 3,25 $ canadiens (= 2,17 €)

Aux mots croisés du jour : « Réflexion à haute voix » (Echo)

Yamabiko, c’est « l’écho de la montagne » au Japon. Pourquoi ce nom ? On est au sud du Québec, autant dire à des milliers de kilomètres du pays du soleil levant* ! Nahoko explique que dans son pays, l’écho est l’esprit de la montagne qui vous répond ; c’est pour rendre hommage à celle de Sutton devenue sa ville d’adoption qu’elle l’a choisi. 
Mais comment est-elle arrivée ici ? En suivant son mari, un ontarien** rencontré en Australie où elle apprenait l’anglais. C’est d’ailleurs là-bas qu’ils se sont découvert une passion pour le café : elle a capoté*** la saveur et l’art du latté, lui la manière de le préparer et de le déguster si différente de celle de son Canada natal.

Début 2020, ils emménagent à Sutton où vit le frère de Chris … quelques jours avant que le COVID-19 ne frappe ! Imperturbables, ils passent de grosses commandes à des torréfacteurs spécialisés pour les déposer à la porte de leurs clients. Ils sont tellement passionnés qu’on leur conseille d’ouvrir leur propre café : un premier kiosque au marché, puis un corner au Round Top Bagels et enfin le Yamabiko Coffee Roasters. Doté de beaux volumes, ses baies vitrées ouvrent à l’arrière sur une terrasse donnant sur un parc. Autant dire à l’abri de l’agitation de la rue principale … et aux premières loges quand débutent les Festivals de musique.

Installés dans la mezzanine, on plonge sur la (rutilante) machine à torréfier.
Mon expresso**** est servi dans une tasse en céramique***** (faite à la main par la maman de notre serveuse !) et accompagné d’un petit verre d’eau pétillante pour rincer la bouche. Anne-Marie savoure son latté glacé (exceptionnel !) ; pas de jus de fruits pressés par contre pour nos hommes qui doivent se contenter d’une petite bouteille en plastique de concentré d’oranges (25% de sucre !!) : petite fausse note pour une maison qui mise sur les produits d’exception.

Pour conclure : un café qu’Asie parfait.

https://www.facebook.com/Café-Yamabiko-103096521463582/

* Japon est la traduction de Nippon qui signifie « Pays du soleil levant »           
** Habitant de l’Ontario, province canadienne voisine du Québec.
*** « Adoré » pour les québécois.
**** Confectionné sur une Marzocco, la Rolls des machines à café professionnelles.
***** « Amaranthe », atelier-boutique-café, où créer ses propres céramiques (35 Rue Principale Sud, Sutton)








Dom Café d'Aachen
22/12/2019

Café Dom

Le 8 décembre 2019
Café Dom, Münsterplatz, 52 062 Aachen
De 9h à 18h30 (19h le samedi, 10h le dimanche)
Note globale : 15
Situation : 17
Cadre : 14
Accueil : 16
Ambiance : 14
Café : 14 
Prix d’un café : 2,10 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Utile pour régler la note » (diapason)

« Dom » ? Was ist das ? C’est une cathédrale, et même la plus ancienne de toute l’Europe du Nord*.
En cette fin d’année, un parfum de pain d’épices et de vin chaud à la cannelle flotte dans les ruelles de
l’ancienne capitale impériale que nous découvrons à l’occasion d’un concert commun avec nos homologues Aixois.

Envie de faire une pause après la cohue des marchés de Noël ?
Quelques chaises en fer forgé vous tendent leurs assises dans une jolie cour pavée entourée de vieilles maisons.

Frigorifié ? Réfugiez-vous à l’intérieur, face à la baie vitrée, dans l’un des deux fauteuils : bien installé sur votre peau de mouton, vous savourez alors la vue sur (un bout de) la cathédrale, ainsi qu’un excellent café accompagné d’un mini Printen**. Délicat sucrier de faïence bleue, joli petit pot de fleurs, musique fifties toute en discrétion, service attentionné : une vraie bulle de confort !

En bande ou en famille ? La longue table en bois est pour vous.

Ambiance tranquille dans ce café tout en longueur au mobilier dépareillé. Et déco sympathique : lustre à l’ancienne et bûche accrochée au plafond (doré !), d’où dégringolent des rubans au bout desquels sont suspendues des boules de Noël.

A l’autre extrémité, près d’un vieux poêle en faïence, une seconde table basse et ses fauteuils donnent sur la rue piétonne. Sur le comptoir tout proche, des cloches  transparentes laissent deviner d’appétissants gâteaux – tous faits maison par la femme du chef, nous précise Germaine, la serveuse, ainsi qu’une pile de crêpes tout aussi engageantes.

Quel endroit charmant pour qui est épuisé par la valse des répèt’ après un réveil en fanfare pour arriver jusque là.
Un vrai havre de paix !

Pour conclure : un Aix-cellent établissement.

www.cafedom-aachen.de/page 

* Construite au VIIIᵉ siècle sous le règne de Charlemagne qui avait fait d’Aix-la-Chapelle sa capitale, c’est une basilique octogonale à coupole de style carolingien (d’où les colonnes de marbre, portes de bronze et mosaïques) ; l’empereur
y fut enseveli en 814. Et sur le trône de pierre de la galerie supérieure, les rois de l’Empire romain germanique se firent couronner jusqu’en 1531.
** Spécialité aixoise possédant une appellation d’origine contrôlée, composée de farine, sucre, cassonade et épices.


Pâtisserie-café d'Aix-la-Chapelle
15/12/2019

Van den Daele

Le 1er décembre 2019

Van den Daele, Krämerstr. 11, 52 062 Aachen
De 9h à 18h30 (10h à 18h le dimanche, fermé le jeudi)
Note globale : 13
Situation : 15
Cadre : 16
Accueil : 9
Ambiance : 16
Café : 9 
Prix d’un café : 2,30 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Clé du sous-sol» (fa)

 

Les marchés de Noël, la Chorale Franco-allemande de Paris aime !
Tellement, qu’elle s’arrange pour que les échanges avec ses cousines germaines aient lieu à cette période. Cette année, c’est Aix-la-Chapelle*, à 5km des Pays-Bas et de la Belgique, dans le centre historique* lové autour de la cathédrale.

Une vieille demeure attire l’attention, la plus ancienne pâtisserie-café de la ville, fondée par Léo Van den Daele en 1890.
Une véritable institution depuis que ce Flamand y a créé ses propres recettes, dont le Printen**, spécialité locale.
Le comptoir de l’entrée en regorge ainsi que d’autres desserts régionaux ou plus traditionnels – sans compter les chocolats : ils ne sont pas belges pour rien ! Les clients se bousculent, pour emporter ou déguster sur place.

Le froid est mordant, on s’engouffre à l’intérieur, mais difficile de trouver un bout de table malgré le nombre incroyable
de salles. Il s’agit en fait de quatre maisons regroupées au fil du temps – ce qui explique les différences de niveaux.
On passe de l’une à l’autre par d’étroits escaliers, avec l’impression de plonger dans un autre siècle, pour découvrir
une enfilade de pièces de formes et de tailles différentes. Petites fenêtres et boiseries d’autrefois, mobilier en bois foncé, vieilles cheminées, miroirs et horloges. Un peu sombre et austère mais vraiment particulier, tellement que les clients parlent à voix basse. Des habitués pour la plupart …

L’heure est au Kaffee-Kuchen***. Sur leur conseil, je teste le « Kuttcafé » servi dans une tisanière en porcelaine : malheureusement sans caractère ! En revanche, leur flan au riz (« Reisfladen ») est étonnement léger.
Le service l’est moins : il faut retourner faire la queue à l’entrée, passer commande au comptoir, puis attendre
que la serveuse ait parcouru le dédale des salles … un temps infini !

Pour conclure : un bel écrin au contenu décevant.

https://www.van-den-daele.de

* Aix-la-Chapelle (« Aachen » en allemand) est connue comme ville de Charlemagne et des couronnements d’empereurs.
** Spécialité aixoise, à l’appellation d’origine contrôlée, composée de farine, sucre, cassonade et épices.
*** « Café-gâteau » : les allemands déjeunent souvent d’un plat unique le midi, complété en fin d’après-midi par
une pâtisserie et une boisson chaude. 


Tertulia à Santiago de Compostela
24/11/2019

Tertulia

Le 3 novembre 2019

Tertulia, rua de Pombal 2, Santiago de Compostela – Espagne
De 7h15 à 23h30 (8h le week-end)
Note globale : 16
Situation : 14
Cadre : 16
Accueil : 16
Ambiance : 17
Café : 17 
Prix d’un café : 1,50 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Transport en commun » (ola)

 

Ultréïa ! Clap de fin pour mon (bout de) Chemin, sur le parvis de la cathédrale où se trouve le tombeau de Saint-Jacques dont les statues ont jalonné notre parcours. Un peu plus loin, le Bureau des pèlerins délivre la Compostela à ceux qui ont pérégriné dans les conditions requises*. Et à deux pas, mon ultime récompense : un café !

« Tertulia » signifie « Rassemblement social ». A l’extérieur pourtant, personne ; les tables sont vides, mais au carrefour, au froid et sous la pluie – ceci explique cela. Le sas d’entrée par contre déborde de parapluies dégoulinants, capes ruisselantes et clients qui font « la cola** » : c’est vrai que c’est bondé, le nom n’est pas usurpé !

Quelques marches descendent vers une petite salle chaleureuse : vieilles pierres et papier peint à l’ancienne, joli comptoir arrondi, tables et chaises dépareillées et coussins colorés sur le rebord des fenêtres. Une seconde salle, guère plus grande, est entourée de tableaux. C’est petit mais confortable, intimiste et plein de charme !

– Camino ! … Je sursaute. Un pèlerin ? Non, un autochtone qui appelle son chien ! Une autre façon de faire le chemin 😉
Beaucoup de locaux discutent tranquillement sur fond de musique jazzy, 
tandis que des routards rechargent leurs batteries (dans tous les sens du terme !)

L’ambiance est familière, les serveurs (en manches courtes : ils s’activent !), font en sorte que vous vous sentiez comme chez vous. On dit que leur Capuccino est le meilleur de Santiago : je confirme ! Avec une tasse ravissante et un carré
de gâteau maison divinement moelleux : un must pour les amateurs ! Leurs petits déjeuners sont tout aussi réputés ; galicien ou continental, anglais ou américain – avec du lait sans lactose et du pain grillé sans gluten pour les intolérants.
Un must, je vous dis !

Pour conclure : de la cape au cap-uccino.

https://www.facebook.com/cafetertuliasantiago/

* Avoir accompli les 100 derniers km pour ceux qui sont à pied ou à cheval, 200 en vélo. La crédential ou créanciale, sur laquelle ils ont fait apposer un tampon à chaque étape, sert de justificatif pour obtenir ce certificat officiel … que je n’ai malheureusement pas reçu car j’en ai fait plus de 300, mais pas les derniers ! Par contre, mon cher et tendre a rapporté
le sien une semaine plus tard, un magnifique parchemin qui lui rappellera son périple de plus de 1500 km, en 58 jours !
** La queue.


Etape du chemin de Compostelle
21/11/2019

La Comedia

Le 31 octobre 2019
La Comedia*, avenida España 3, Ponferrada – Espagne
De 8h à 20h, relâche le dimanche
Note globale : 15
Situation : 13
Cadre : 16
Accueil : 15
Ambiance : 16
Café : 15 
Prix d’un café : 1,20 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Couvre feu espagnol » (siesta)

 

Une belle étape que Ponferrada ! Si cette bourgade doit son nom au pont en fer qui la traversait,
c’est avec le développement du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qu’elle a véritablement pris son essor.
Les Templiers ont ensuite utilisé ses remparts romains pour y construire un château destiné à protéger les pèlerins :
à visiter !
Mais passons la vieille ville et partons en repérage dans le nouveau quartier. Entre les gares routière et ferroviaire, quelques tables sur une rue piétonne : nous y sommes !

Au rez-de-chaussée, l’atmosphère est 100% cinéphile : des acteurs s’affichent sur le comptoir et au-dessus des tablettes,
les miroirs entourés d’ampoules nous donnent l’illusion d’être installés dans leur loge.
Lumineuse aussi, grâce à la belle hauteur sous plafond et les trois élégants lustres transparents qui en dégringolent.
Coup de projecteur sur les maximes peintes à l’entrée … et zoom sur ma préférée :
« Las buenas ideas empiezan con un buen café » – Les bonnes idées commencent par un bon café ! 😉
En arrière-plan, un espace plus cosy avec sa banquette bleu-canard à l’angle d’un mur de pierres,
tandis qu’une fausse fenêtre ouvre sur la photo en noir et blanc de deux monstres sacrés du septième art.

Mais si vous aspirez aux feux de la rampe, montez sur la mezzanine :
le grand rideau s’ouvre sur une scène de théâtre au décor confortable.
Installez-vous dans l’un des épais fauteuils ou canapés et profitez des douces notes égrenées par la guitare.
Le serveur, en chemise à carreaux et nœud pap’ en bois – autant dire, un artiste ! -, vient vous apporter un excellent café. 
Il ne vous reste plus qu’à attendre … les trois coups !

Pour conclure : un café qui mérite des é-loges.

https://www.facebook.com/pages/La-Comedia

* La Comedia est un genre théâtral particulier conjuguant tragédie et comédie, sans jamais être tout à fait l’une ou l’autre.
Elle permet à ses auteurs de raconter l’histoire de l’Espagne, ses moeurs et sa vie sociale en l’agrémentant de symboles immédiatement reconnaissables, tout en conservant une fin généralement moralisatrice.

 


Café Pasaje d'astoria
16/11/2019

Café Pasaje

Le 29 octobre 2019
Café Pasaje, plaza España 14, Astorga – Espagne
Tous les jours, de 8h à 23h
Note globale : 14
Situation : 14
Cadre : 13
Accueil : 14
Ambiance : 15
Café : 14 
Prix d’un café : 1,20 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Il finira bien par être chocolat » (cacao)

 

Partis dans la nuit, la bruine et le brouillard, nous avons continué à mettre nos pas (ou plutôt nos palmes !) dans ceux des Jaquets de Compostelle, jusqu’à Astorga. Située sur un promontoire et entourée d’une puissante muraille, voilà une ville étonnante : on y trouve aussi bien des vestiges romains* qu’une cathédrale gothique** … et un Palais épiscopal digne de Walt Disney*** !

Après avoir réservé notre dortoir à l’auberge des pèlerins****, nous cherchons à nous désaltérer. Face à l’hôtel de ville,
un café rétro et son agréable terrasse sous les arcades. Intérieur confortable avec banquettes et tables rondes et puis,
bien sûr, le sempiternel écran de télévision – mais sans informations en continu, juste une retransmission de patinage artistique. Plus surprenant encore, aucun homme en dehors des serveurs !! C’est bien la première fois depuis notre arrivée en Espagne !

Avec l’expresso, son beignet inséparable pour cette Maison, et sur la tasse une sage maxime en forme de vague :
« Por que no hoy ? » (Pourquoi pas aujourd’hui ?)
Eh, oui, pourquoi remettre à plus tard ce qu’on peut faire dès maintenant ?

Le chaudron de chocolat trônant sur le comptoir m’intrigue. Ma voisine me demande si je l’ai goûté … et en commande aussitôt pour moi. Ni vraiment liquide, ni vraiment solide, mais incroyablement onctueux et brûlant. C’est vrai que le chocolat est la spécialité de la ville ; j’apprends par cette espagnole qu’elle a connu une forte activité autour de son industrie au point d’en faire un musée. Dommage que nous n’ayons pas le temps de le visiter 😉

Pour conclure : Astorga, la ville du chocolat show.

www.cafepasaje.es

*  Villa de l’ours et de l’oiseau aux fresques magnifiques, thermes majeurs, et mineurs, forum et porte romaine.
** Construite du XVè au XVIè siècle avec une imposante façade en grès rose et un majestueux portail orné de reliefs,
dont Saint Jacques au-dessus de l’entrée principale.
*** De style néo-gothique, il est « l’oeuvre » d’Antoni Gaudi qui était l’ami de l’évêque de l’époque.
Une verrue comparé à sa voisine précédemment citée ; par contre, il abrite le Museo de los Caminos (Musée des Chemins), dédié aux chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. 
**** « Servias de Maria » à l’entrée de la ville, 5 € la nuit.


Page 1 of 512345