image_pdfimage_print
Trêve estivale
17/07/2021

Trêve estivale

image_pdfimage_print

La trêve ? Le rêve !

Finie la trépidante vie parisienne et sa course contre la montre !
Oubliés les z’écrans ! S’ils nous ont bien souvent sauvé la mise ces dix-huit derniers mois – pandémie oblige – ,
bonjour la fatigue visuelle, les maux de tête et autres douleurs à la nuque, aux épaules, aux poignets et aux mains !

A présent, cap sur le farniente … et la découverte de nouveaux cafés 😉
Pour nous, ils seront bretons, mais nous en garderons le secret :
je reprendrai la plume à la rentrée.

Il fait trop chaud ?

. Première option : le café glacé.
A l’origine,  le mazagran. Préparé à partir de sirop de café et d’eau fraîche, il est servi dans un verre haut et étroit.
Les troupes françaises le découvrent en 1837, quand l’Algérie leur cède la citadelle du même nom.
Cette boisson connaît deux variantes avec du rhum :
celle des autrichiens qui y ajoutent des glaçons et celle des portugais avec du citron.
Dans l’hexagone, certains cafés en vogue le servent mais on peut aussi le fabriquer :
soit on l’infuse froid, soit on ajoute simplement quelques glaçons.

. Second option : le café frappé.
Bien plus récent et d’origine grecque*, il doit son nom au fait qu’il est secoué pour obtenir une mousse épaisse devenue sa marque de fabrique. On le prépare avec du café instantané* et une infime quantité d’eau qu’on verse ensuite dans un verre avec des glaçons. Du sucre et/ou de lait concentré non sucré l’agrémentent parfois.
A partir de là, on peut le décliner à l’infini :
avec de la mousse, de la vanille, de la cannelle, du cacao ou du caramel.

Il ne reste plus qu’à le déguster entre amis. Sur la terrasse, au jardin ou à la plage, les doigts de pieds en éventail :
on a tout l’été !

 

* Foire commerciale internationale de Thessalonique, 1957 : un assistant veut profiter de sa pause pour se faire un café instantané. Mais impossible de trouver de l’eau chaude. Que faire ? Il décide alors de le préparer en le mélangeant à de l’eau froide grâce à un shaker : le premier café frappé de l’histoire est né !

** C’est une boisson dérivée des grains de café broyés appelée aussi « café soluble » ou « café en poudre ».
Préparé par lyophilisation ou atomisation, le café doit être réhydraté pour être consommé.

 


Quartier Mouffetard
04/07/2021

Café Léa

image_pdfimage_print

 Le 4 juillet 2021
Café Léa, 5 rue Claude Bernard, 75005 Paris
Tous les jours de 9h à 2h (10h le dimanche)
Note globale : 13
Situation : 13
Cadre : 12
Accueil : 15
Ambiance : 15
Café : 14 
Prix d’un café : 2,00 €

Aux mots croisés du jour :
« Passage d’une berge à l’autre » (anniversaire)

 

Léa, est notre café du jour … et le prénom de l’aînée de nos amis : ceci explique cela !
Bien situé, en bas de la Mouffe*, il ne paye pas de mine mais c’est un vrai bistrot populaire,
à l’ambiance conviviale des petits cafés parisiens.

Son intérieur est gentiment désuet, mais chaleureux avec ses murs orange, jaune et mauve dont la peinture s’écaille.
Nous lui préférons les chaises alignées à l’angle des deux rues, le long des baies vitrées : vue imprenable sur les scooters garés juste devant, certes, mais bénéfice des doux rayons de l’astre suprême … entre deux averses !

La matinée est tranquille : des habitués lisent le journal qu’ils ont récupéré à l’entrée et trempent de généreuses tartines dans leur café au lait. Les accros de l’expresso – dont je fais partie ! 😉 – apprécient qu’il soit servi sur un joli petit plateau argenté avec ses spéculoos et sucres en sachets – sans compter le verre d’écolier rempli d’eau : un service royal vu le prix !

L’atmosphère s’anime à midi ; on s’y presse pour le plat du jour. Ce n’est pas de la haute gastronomie, mais un bon repaire où se détendre les papilles, avec un goût de revenez-y. Du coup, il est plus prudent de réserver son rond de serviette.

Avec l’après-midi arrive une nouvelle parenthèse de calme : les habitants du quartier s’y retrouvent pour discuter ou simplement bouquiner. Pendant l’année universitaire, l’ambiance est carrément studieuse. Entre les étudiants de la Fac voisine** qui révisent leurs cours et les professeurs qui corrigent leurs copies, ça phosphore sec …

Le soir, la tension neuronale retombe et l’animation revient. La salle devient même bruyante : c’est vite bondé ! 

Pour conclure : un bon quartier général.

https://www.petitfute.com/v17231-17300-paris-75005/c1169-s-amuser-sortir/c182-bar-cafe/21050-cafe-lea.html

* La rue Mouffetard est l’une des rues les plus anciennes et les plus pittoresques de la capitale. Longue et pavée,
elle dégringole en pente douce de la montagne Sainte-Geneviève, bordée de nombreux commerces et restaurants.
** Appelée aussi Sorbonne Nouvelle ou Paris 3, elle fait partie des treize nouvelles universités qui ont remplacé l’ancienne Université de Paris, dissoute après les événements de mai 1968. Son siège est à la Sorbonne, bâtiment historique qu’elle partage avec deux autres universités. Elle dispense principalement des enseignements en lettres, langues, arts du spectacle, communication et études européennes.


Noir café
image_pdfimage_print

 Le 27 juin 2021
Noir Barista’s Coffee, 120 bd Haussmann, 75008 Paris
Tous les jours de 8h à 18h (10h le dimanche)
Note globale : 15
Situation : 15
Cadre : 12
Accueil : 17
Ambiance : 14
Café : 17 
Prix d’un café : 2,50 €

Aux mots croisés du jour :
« Un certain humour » (noir)

 

Noir de monde ! Mais qu’est-ce qui les attire tous ? Attroupés sur le large trottoir du boulevard, les employés du quartier Saint Augustin bavardent un gobelet à la main. Certains sont devant des tables hautes, d’autres sur des chaises de jardin,
la plupart juste debout. Derrière eux, une boutique minuscule et son unique comptoir …

Depuis le 4 janvier, ce coffee-shop propose des cafés d’exception, achetés en direct chez de petits producteurs puis fraîchement torréfiés par l’Arbre à café*, son partenaire. Sa devise ? Un café extraordinaire pour les jours ordinaires !
Et ça marche : les caféinomanes du secteur se précipitent, mais aussi de nombreux profanes devenus depuis de véritables adeptes. Ils les emportent ou les dégustent sur place.

Finement extraits par Erwan, barista chevronné, il y en a pour tous les goûts. On les découvre sur le tableau noir : expresso, cappuccino, mocaccino**, flat white***, latte****. Je choisis le guatémaltèque, un arabica puissant au goût légèrement chocolaté. Mon cher et tendre, lui, préfère le latte, légèrement caramélisé. Malgré le gobelet en carton, leur goût n’est pas altéré. Surprise : le règlement ne se fait que par carte bancaire. Au moins, on ne peut pas dire qu’ils travaillent au noir !
Et le tarif est somme toute très raisonnable au regard de la qualité.

Le samedi après-midi, les inconditionnels peuvent s’inscrire aux ateliers pratiques :
– Le premier leur permet de découvrir l’histoire et le marché du café, voyager à travers les meilleurs terroirs et suivre la route du grain, de la terre à la tasse. A deux, trois ou quatre, ils observent, touchent, sentent et dégustent une sélection des meilleurs crus et apprennent à réaliser une extraction espresso de qualité.
– Le second les initie aux Latte pour pouvoir donner la bonne texture au lait grâce à la buse à vapeur, le verser pour obtenir de superbes motifs … et épater leurs amis !

Pour conclure : il y a des fois où on a envie de tout voir en noir. 

https://noirbarista.com

* Célèbre torréfacteur parisien alliant un savoir-faire artisanal pointu et les dernières avancées techniques.
** Mélange d’expresso, de liqueur ou de sirop de chocolat, de crème fouettée et de lait (Une vraie bombe !)
*** Boisson à base d’expresso et de lait cuit à la vapeur avec de fines bulles d’une consistance veloutée et brillante.
**** Cf. Top 30 et films des plus beaux dessins sur cafés en bas de cet article : http://lescafesdottilie.fr/artscafe-montreal/ 


Fête des pères
20/06/2021

Café Beaujolais

image_pdfimage_print

 Le 20 juin 2021
Café Beaujolais (ou Beau Joël !), 28 avenue de Suffren, 75 007 Paris
Tous les jours de 7h à 2h (8h le dimanche)
Note globale : 14
Situation : 14
Cadre : 14
Accueil : 14
Ambiance : 14
Café : 14 
Prix d’un café : 2,50 € (Brunch du WE : 28€)

Aux mots croisés du jour :
« Un homme qui en vaut deux » (paire)

 

Balade sur les quais jusqu’à la Dame de fer*. Pour la fête des pères, on a déniché une brasserie de quartier à l’ambiance familiale dans ce secteur pourtant on ne peut plus touristique.

Si l’intérieur n’est pas immense (mais chaleureux avec ses pierres et boiseries), la terrasse s’étale largement sur le trottoir. Face à l’avenue (calme à cette heure), certains choisissent l’ombre des tilleuls, pour profiter des lauriers roses et des jasmins. On leur préfère celle d’un paparasol, en attendant notre aîné et sa dulcinée …

Ils arrivent. Notre héros du jour range sa père-de-lunettes et on attaque le brunch.
Originaire de l’Aveyron (où l’on aime les bonnes choses !), le gérant porte une attention toute particulière au choix de ses produits. Et tout est fait maison, hormis le pain et les viennoiseries. 

– Croissant, boisson chaude et jus fraîchement pressé nous ouvrent l’appétit.
Sachant que carottes, pommes et poires composent le troisième, c’est parti pour la détox !

– Une planche salée, soigneusement présentée, constitue le plat principal. Variée avec sa mini-cocotte d’oeufs brouillés et champignons à la truffe, son saumon gravlax** (ou bacon), son avocat sur tranche de pain toastée et son morceau de Comté. Une salade César bien assaisonnée ajoute une petite touche de verdure.

– Le point final est un trio de mini-douceurs sur ardoise : la tranche de pain père-du (pas perdu pour tout le monde !) me replonge dans mon enfance. Ah, ceux de ma mère-grand ! Quant au cheese cake aux fruits rouges, il me rappelle notre dernier périple aux States. Parfumée à la menthe fraîche, une salade de mangues, fraises et ananas vient ensuite à point nommé pour faire glisser tout ça …

On sort repus mais pas ruinés : de quoi poursuivre cette première journée sans couvre-feu – autant dire de fête !
Alors qui sait ? Peut-être reviendra-t-on ce soir pour siroter un mojito … Pardon : un mojitard !

Pour conclure : père okay pour cette belle fête !

https://restaurant-lebeaujolais.fr/fr

* Surnom donné à la tour Eiffel en raison de sa construction à base de ce métal (7 300 tonnes !)
** Spécialité de la cuisine traditionnelle nordique, à base de filets de saumon cru longuement marinés, macérés et séchés avec du sel, du sucre, du poivre et de l’aneth. 


Bistrot de quartier
image_pdfimage_print

 Le 13 juin 2021
L’Usine de Charonne, 1 rue d’Avron, 75 020 Paris
Tous les jours de 7h30 à 2h, 8h le WE (23h pendant le couvre-feu) 
Note globale : 13,5
Situation : 13
Cadre : 15
Accueil : 11
Ambiance : 14
Café : 14 
Prix d’un café : 2,50 €

Aux mots croisés du jour : « Il nous met au courant » (électricien)

 

Charonne* était à l’origine un village agricole. Après son rattachement à Paris**, il s’industrialise de manière prodigieuse. Puis, dans les années 60, usines et ateliers disparaissent peu à peu, au profit d’immeubles de logements …

Seuls les anciens se souviennent aujourd’hui de cette époque. Le cadre rétro indus’ de notre Usine leur rappelle sans doute la Centrale de production électrique. Des éléments ont été récupérés un peu partout : un voltmètre***, un tableau électrique et ses bobines, une banderole (« Non à la fermeture de l’Usine ! »), des turbines et des engrenages.
On pense à l’affiche du film « Les temps modernes » où Charlot travaillait à la chaîne. Il finissait par sombrer dans la folie, à force de resserrer des boulons à une cadence infernale.

Mais ici, l’ambiance est toute autre, c’est la cantine du quartier. On s’y retrouve autour de la « gamelle du jour »,
dans une ambiance bruyante et chaleureuse. Le lieu porte bien son nom, c’est l’usine !
On y vient aussi avant le turbin, pour un petit noir au zinc. On y retourne après, pour partager la Cuvée du Syndicat entre camarades travailleurs. Pour un peu, on ne serait pas surpris de voir débarquer Arlette**** !
Côté détente, pas besoin de congés payés : l’Usine dispose d’une terrasse. Elle est un peu bruyante certes – on est sur le boulevard Charonne ! -, mais vaste et ensoleillée.

« Toute la chaîne de production de l’Usine vous souhaite la bienvenue » lit-on. Pourtant, le service tient du minimum syndical : il est efficace mais distant. Peut-être s’agit-il de diesels, on est à l’ouverture après tout …

Pour conclure : un bon tuyau !

https://usinedecharonne.fr  

 

* A l’est de la capitale et à deux pas de la Nation.  
** En 1860 par Napoléon III.
*** Appareil, dont l’unité de mesure est le volt. Il mesure la tension ou différence de potentiel électrique entre deux points.
**** Militante syndicale, Arlette Laguiller devient porte-parole de Lutte Ouvrière. Elle est la première femme à se présenter à l’élection présidentielle en 1974. Elle se représentera les 5 fois suivantes et obtiendra de 1,33 à 5,72 % des suffrages. A ce jour, elle détient le record du nombre de candidatures présidentielles en France.


Page 1 of 9312345...102030...Last »