image_pdfimage_print
Matcha Café to go
image_pdfimage_print

Dimanche 24 mai 2020

Umami Matcha Café To Go, 5 Rue Pierre Demours, 75 017 Paris
Ouvert du lundi au samedi de 11h30 à 15h et 16h à 19h
Horaires Coronavirus : du mardi au samedi de 10h à 20h.
Prix de l’espresso : 2€  

 

« Umami » ? C’est un mot japonais. Il signifie « goût savoureux ». 
Non, je ne suis pas au pays du soleil levant : les frontières sont toujours fermées et ses habitants, contrairement à nous, toujours confinés. J’ai juste quitté mon périmètre d’un kilomètre carré (c’est permis maintenant !) pour faire un tour du côté des Ternes (ça aussi, j’ai le droit : c’est à moins de 100 km !)

Passionnés par l’art de vivre et la cuisine nippones, un frère et une sœur y ont ouvert leurdeuxième coffee-shop* en octobre dernier. Ils souhaitaient mettre à l’honneur cette culture et pour cela, proposent du matcha** en veux-tu en voilà. C’est simple, ils le déclinent sous toutes ses formes … ou presque ! Et contrairement à leur premier établissement, tout est « à emporter » : prémonitoire !

Dans l’épicerie fine, on retrouve une sélection de produits artisanaux directement importés et introuvables ailleurs.
Mais ici, c’est au comptoir qu’on commande ses boissons et plats à base de matcha. L’originalité, c’est leur Bento Box*** consignée, pour sensibiliser les clients à l’écoresponsabilité – même si, pour ceux qui ne sont que de passage, ils en proposent à usage unique.

Mais le café, me direz-vous ? On en trouve, et du bon ! Torréfié par Coutume*** et réalisé sur place avec une Synesso Syncra 2016, le nec plus ultra des machines. Mon expresso est plein d’arômes et avec une acidité maîtrisée.
Vous hésitez entre matcha et café ? Demandez à Lev de vous concocter un « Militalii » : c’est un savoureux mélange délicatement dosé, accompagné d’épices et de vanille, façon cappuccino …

Pour conclure : un café tout sauf terne.

https://www.umamiparis.com/matchacafe/umami-matcha-cafe-to-go/  

* Le premier se trouve dans le Marais, dans un décor similaire mêlant sobriété japonaise et atmosphère cosy,  
avec un espace dégustation petit mais bien agencé. Et quelques animations aussi : cours de matcha et de cuisine, dégustations gastronomiques, rencontres avec des producteurs et conférences.
** Le matcha, ou maccha, est une poudre très fine de thé vert moulu, qui a été broyée entre deux meules en pierre.
Il est utilisé pour la cérémonie du thé japonaise et comme colorant ou arôme naturel.
*** Très populaire au Japon, ce « repas rapide » est néanmoins raffiné car c’est un véritable art de vivre :
on assemble des couleurs, on dépose délicatement les victuailles pour composer un tableau visuel … 
**** Maison de torréfaction sélectionnant des cafés d’exception du monde entier, qui approvisionne ses sept établissements à Paris et Genève ainsi que des  partenaires engagés.


Arbre à Café
17/05/2020

L’Arbre à Café

image_pdfimage_print

Dimanche 17 mai 2020

L’Arbre à Café, 10 rue du Nil, 75 002 Paris
Ouverture du mardi au vendredi de 12h30 à 19h30 et le samedi de 10h à 19h
Horaires spéciaux avant la réouverture officielle des cafés :
de 11h à 17h du mardi au vendredi et de 10h à 17h le samedi.
Expresso du jour : 3€, café d’exception : 6€

 

Je confine, tu confines, il confine, nous confinons … Ca devenait long ! 
Heureusement, après une interminable octantaine*, toute la France est déconfinée.
Toute ? Non, car nos Autorités refusent de rouvrir les espaces verres ; elles parlent de mi-juin … autant dire, une éternité ! Les clients trépignent : les cafés, c’est leur ballon d’oxygène !
Les bistrotiers, bien plus encore : ils sont au bord de l’asphyxie. Comment sortir la tête hors du café ?

Pour éviter de boire la tasse et être présents en verres et contre tout, certains ont ouvert un bar de fortune.
Une table en travers de la porte en guise de comptoir et une ardoise bien en vue, pour afficher les petits noirs,
verres de vin et demis à emporter, afin d’engranger un minimum de trésorerie.
Les clients s’attardent pour échanger quelques mots, debout sur le trottoir, leur gobelet en carton à la main.

Aujourd’hui, c’est ma première sortie depuis le déconfinement. Ah, mon nectar, j’en rêvais depuis si longtemps !  
J’ai donc rejoins une ruelle du Sentier où le très réputé « Arbre à Café » vient de réouvrir.

Son fondateur** est un passionné au parcours atypique : agrégé d’histoire, il a d’abord été professeur médiéviste
puis journaliste en gastronomie, agent de vignerons et guide œnotouristique avant de créer cette enseigne en 2008. Spécialisé dans les cafés monovariétaux***, il les torréfie lui-même dans sa brûlerie du XIVe.

En 2013, il ouvre cette échoppe pour les proposer aux particuliers. L’espace est réduit – deux places seulement ! -,
mais convivial … et aux arômes incroyables ! C’est donc debout – et pour l’instant dehors ! – que l’on déguste l’expresso
du jour ou un café d’exception. Les saveurs sont aussi subtiles qu’inattendues et chaque tasse une véritable invitation
au voyage …

On peut aussi emporter des cafés d’origine fraîchement torréfiés qu’il nous fait découvrir en fonction de nos goûts
et accompagne de conseils pour les préparer. Et pour les aficionados ou novices avides de découvertes, il organise
des cours dans son atelier de l’avenue du Maine.****

Pour conclure : un Arbre qui ne vous laissera pas de bois.

https://www.larbreacafe.com/

* Huit semaines : mot inventé, en référence à la fameuse « quatorzaine » ! 😉
** Hippolyte Courty. 
*** Une variété, une parcelle et une plantation – par opposition aux assemblages proposés par la plupart des marques. 
**** École Française de Café depuis 2016 : découverte (2h30 de voyage au cœur du café de spécialité avec dégustations)
ou pratique (comment réussir son expresso, son café filtre etc.)


Déconfinement pour certains seulement !
image_pdfimage_print

Dimanche 10 mai 2020

 

Le déconfinement, c’est demain !
Mais comment le fêter sans cafés ?!

Le déconfinement ? Quel déconfinement ? Moi je suis en CDI* !! Et déconfit !  Ca fait sept semaines que je tourne en rond dans mon bistrot, seul avec mes factures. Mes serveurs sont au chômage technique mais les charges courent toujours. Deux mois de loyer pour rien, un troisième, je ne pourrai pas. Après les gilets jaunes et les grèves, ma trésorerie est à zéro. Mon moral aussi ! Trois semaines encore à attendre pour savoir à quoi m’en tenir. Et si je peux rouvrir en juin, avec les mesures sanitaires, ça va donner quoi ? On fait comment pour boire un café avec un masque ? 

J’essaie de tromper l’angoisse en surfant sur le Net. On trouve tout sur la toile ! Même un moine bouddhiste !
Selon lui, le seul moyen pour se sentir apaisé, c’est de finir ce qu’on a commencé. Alors j’ai scanné mon bistrot.
Et sifflé le fond de la cafetière, puis celui de la bouteille de rouge d’Ottrott, celle de Gewürztraminer, un pti tou pti Crémant, pi une voddkka, in rest douiski, un rom blanc … I ave rézon, c vrémen f ikass, jem snes tel men biyen. Ge v me fer in peu ty rou pille on ron ron rrr rrr rrr …

– Marcel, Marcel, que fais-tu ?
– Hein, quoi ? Qui es-tu ?
– Je suis ton Coron’ange. Pauvre de toi, dans quel état tu t’es mis ?
– Je bois la tasse !
– Allons, allons, il y a toujours une solution! Les plateformes solidaires**, tu connais ?
– Si je connais quoi ?

– Une idée de tes fournisseurs : pour éviter une épidémie de faillites, de grandes marques de café, brasseurs et limonadiers ont proposé aux consommateurs de soutenir leurs bistrots préférés en achetant un avoir à utiliser
dans les mois suivant la réouverture. Eux mêmes offrent parfois une majoration. Les bistrotiers récupèrent directement
les contributions et peuvent ainsi régler leurs traites. Et s’ils ont des questions de RH ou de gestion financière, le service
en ligne y répond. Ça marche fort : des centaines de milliers de clients ont déjà été participé, certains ajoutent même un petit mot pour encourager leur cafetier favori. Alors, ressaisis toi : il est temps de t’inscrire !

Pour conclure : le café ne coule plus… mais le patron si.

* Confinement à Durée Indéterminée
** https://www.jaimemonbistrot.fr, https://barsolidaire.fr, https://sauvermonbar.fr


Triporteur Café
image_pdfimage_print

Dimanche 3 mai 2020

 

Premiers fermés, derniers rouverts ! Le 11 mai, les cafetiers ne pourront lever leurs rideaux comme les autres.
Quand leur confinement va-t-il prendre fin?

Danilo Bianco est l’un d’eux, un novateur puisque son Trip Bike Café est en réalité un escadron de triporteurs. S’inspirant de la mouvance « foodtrucks », il les a équipés de machines à café professionnelles, pour en faire des coffee shops miniature mobiles et écolos. Ses baristas tout-terrain se garent devant les monuments, musées, expositions, ventes privées et manifestations éloignés d’un débit de boissons : quand les visiteurs doivent patienter dans une longue file d’attente – jusqu’à plusieurs heures parfois ! -, ils leur proposent des boissons sans risque pour eux de perdre leur place. Egalement
à ceux qui pique-niquent dans les parcs de la capitale, si prisés que les emplacements sont difficiles à garder. Il offre donc un vrai service, d’autant qu’il met un point d’honneur à sélectionner des produits de qualité*.

Son affaire est toute récente, moins d’un an. Quand la crise sanitaire l’a obligé à tout arrêter le 15 mars dernier, c’était pour lui le risque de devoir licencier ses salariés et mettre la clé sous la porte. Mais notre entrepreneur en a dans la cafetière. Voyant les français applaudir tous les soirs à 20h pour remercier les soignants, il a une idée : puisqu’il ne peut plus servir ses cafés aux passants, pourquoi ne pas les apporter aux hôpitaux, histoire de chasser le blues des blouses – un instant
au moins. Mais comment financer un tel projet ? Ses salariés sont au chômage technique et lui n’a plus aucune recette.
Il décide de faire appel aux dons, par le biais d’une cagnotte solidaire et de mécénat. Et ça marche … ou plutôt, ça roule !

Grâce à cette reconversion menée Illy-co presto, son café est réanimé en urgence … et les soignants bien soignés : depuis
le 28 mars, tous les matins à 6h, ses livreurs garent leur triporteur devant les services d’urgence et de réanimation de grands hôpitaux parisiens. Pendant 4 heures, ils distribuent des cafés accompagnés de jus d’oranges et de croissants**. C’est le moment où les équipes de nuit croisent celles de jour et passent le relais. Et désormais celui d’une petite parenthèse que tous attendent avec impatience !

Pour conclure : un petit noir pour les blouses blanches.

https://www.facebook.com/pg/tripbikecafe/posts/

* Kimbo Caffe Napolitain, thé Dammann, chocolat Valrhona, jus Ulti et Yumi et viennoiseries artisanales.
*** Plus de 250 petits déjeuners servis chaque jour sous emballages individuels et dans les conditions sanitaires réglementaires (masque, distance supérieure à 1m …)


Pause-café
image_pdfimage_print

Dimanche 26 avril 2020

 

Pause-café, pause sacrée !
Soudain, le temps s’arrête. On discute entre collègues, de tout et de rien, de rien surtout.
Notre quart d’heure de récréation, en somme – voire plus si affinités ! Moment clé de la vie au travail,
c’est devenu un rituel indispensable pour se détendre et repartir boostés, mieux nous connaître aussi.

Mais depuis 6 semaines, terminé ! Les bistrots sont fermés, les machines à café à l’arrêt et nous, en télétravail.
Alors, fini ce rendez-vous avant d’ouvrir ses dossiers, après le déjeuner ou au cours de la journée ?

Eh non ! Une pause-café digitale le remplace à présent.
L’espace commun est devenu virtuel et chacun s’y connecte s’il le souhaite*.
Une fois par jour ou par semaine, on retrouve ses petites habitudes … et quelques nouveautés :
la tasse en porcelaine de la comptable, le mug personnalisé de la Principale, le verre à double paroi du prof de techno,
voire quelques éléments de l’intérieur de nos collègues que l’on distingue subrepticement sur l’écran. On échange
à présent nos astuces de confinés, états d’âmes et dessins humoristiques** – en lien avec le Coronavirus bien sûr !

Un moment précieux pendant lequel, on laisse de côté son travail et sa famille pour prendre du temps pour soi. Quoi que ! Il n’est pas rare de les voir ressurgir à l’improviste : un mari qui passe l’aspirateur à l’arrière, un petitout barbouillé de peinture qui vient (fièrement) montrer son chef d’œuvre, l’adolescente de la famille qui traverse le champ en nuisette
ou le bouledogue de service qui écrase son museau sur l’écran.

Ces pauses régulières structurent notre journée – ce qui est loin d’être inutile quand vie professionnelle et personnelle sont si étroitement mêlées ! Et puis, à l’heure de la distanciation sociale obligatoire, elles maintiennent le lien avec nos collègues, voire rompent l’isolement et l’inquiétude pour certains.

Un moment convivial indispensable quand notre interlocuteur principal au travail est devenu l’écran.
Il casse la routine de ces journées désormais ordi-nerfs et nous évite d’être à cran …

Pour conclure : écran total !

* Outils de visioconférences pour échanger à plusieurs en direct :
Zoom, Skype, Whereby, LiveStorm, Jitsi, Blizz, Webex etc.
** Grâce au partage d’écran.


Page 1 of 8212345...102030...Last »