image_pdfimage_print
Paname-Brewing-Company-Bassin-Villette
image_pdfimage_print

Le 9 septembre 2018

Paname Brewing Company, 41 bis Quai de la Loire, 75 019 Paris

Tous les jours de 10h l’été/11h l’hiver à 2h
Note globale : 15
Situation : 17
Cadre : 16
Accueil : 14
Ambiance : 15
Café : 13
Prix d’un café : 2,50 € 

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Mise en bière » (orge)

 


Ah, le clapotis de l’eau ! De notre terrasse, que dis-je, notre ponton, on apprécie la vue panoramique sur le Bassin de la Villette* et son port de plaisance … les pieds dans l’eau !
De temps à autre, le bruit des boules entrechoquées accompagné des exclamations
des boulistes du quai rompt cette douce quiétude.

Ici, on ne subit pas la pression, on la boit ! C’était au départ le dépôt de grains et vins
des Magasins Généraux, devenu salle de récupération des noyés ( !) puis café (ouf !).
C’est depuis trois ans le nouveau spot à mousse de la capitale où des passionnés se sont donnés mission de produire les meilleures bières artisanales de Paname**. Leur secret ? Ils les élaborent sur place avec des produits 100% naturels, une approche « éco friendly*** », un équipement de pointe tout en mélangeant techniques traditionnelles et modernes.

Notre terrasse flottante est surplombée par une autre, ombragée par un cerisier vieux de plus
de 150 ans, et elle-même dominée par une immense véranda.
A l’intérieur, la déco industrielle rappelle l’ancien entrepôt. Et les cuves monumentales avec
leur réseau de tuyaux surplombant de cinq mètres le comptoir et la cuisine, expliquent l’origine du nom de l’établissement****.

« Ici, on commande au comptoir sa bibine, mais aussi ses travers de porc sauce BBQ avec frites maison, sa bavette d’angus sauce chimichurri, ses tacos d’agneau ». Son café aussi ? Oui ! Préparé avec beaucoup de soin (bien tassé !) et servi avec du sucre roux. Pas de Latte mais un crème avec, sur sa mousse, un superbe dessin !

Pour conclure : une bonne im-pression.

http://www.panamebrewingcompany.com

* Plus grand plan d’eau artificiel de Paris, inauguré en 1808 pour relier le canal de l’Ourcq au canal St Martin, les dépôts de marchandises fleurissent sur ses berges et une activité commerçante se développe avec l’ère industrielle. Dès les années 1850, il devient un réel port
où marchandises et nationalités différentes se croisent au quotidien. Vers la fin du XIXème,
le trafic portuaire est à son apogée, équivalent à celui de Bordeaux !
** « Paname » est le surnom familier donné à Paris et sa banlieue. Au début du xxe siècle,
les Parisiens avaient adopté le chapeau dit « panama », mis en vogue par les ouvriers qui creusaient le canal du même nom à cette époque.
*** Economie d’eau et d’énergie.
**** « Brewing » signifie « brassage » en anglais.

 


Maison Sauvage
02/09/2018

La Maison Sauvage

image_pdfimage_print

La Maison Sauvage, 5 rue de Buci, 75 006 Paris
Tous les jours de 7h à 2h
Note globale : 14
Situation : 15
Cadre : 14
Accueil : 14
Ambiance : 15
Café : 12
Prix d’un café : 2,40 €

Aux mots croisés du jour :

La meilleure def’: « Bailleur de fond » (cancre)

 

Ca y est ! On est d’équerre pour la rentrée … des glaces !
Direction Odéon et la très animée rue de Buci, temple des italiennes où se précipitent les parisiens branchés et milliers de touristes – j’exagère à peine, c’est pire que la gare Montparnasse un 31 août !

Au numéro 5, une petite maison à deux étages, construite en 1851, dont la façade de lierre
et de glycine attire l’attention … et les objectifs ! C’est du faux, donc un peu kitsch, mais non dénué de charme. D’autant que la déco de la terrasse est tout aussi bohème : les chaises proviennent d’un ancien stock du Parc Monceau et les abat-jours sont tressés de raphia.
Par contre, il ne faut pas craindre la promiscuité ; on est serré, très très serré, et ceux dont
les tables bordent la chaussée se font carrément frôler par les voitures … sans que cela semble les déranger tant ils sont pris par leurs discussions !

L’intérieur est minuscule et intemporel : poutres et vieux plancher, meubles chinés (dont
un étonnant comptoir en arc de cercle !), déco hétéroclite et champêtre avec ses bouquets
de fleurs sauvages et plantes vertes … sur fond de reggae bien tonique ! De quoi donner la pêche aux serveurs qui ne savent plus où tourner la tête tant les commandes affluent.

Les clients qui le souhaitent peuvent se réfugier à l’étage, plus intime et confortable, mais tout aussi surprenant, entre boudoir et cabinet de curiosités.
Ils peuvent même, en s’installant près la fenêtre, profiter de la vie bouillonnante du carrefour … en toute tranquillité !

Quant à mon étalon, l’expresso, il ne manque pas de caractère*, mais pourquoi le servir dans un (petit) verre de cantine rempli à peine à moitié ?

Pour conclure : une façon de se mettre au verre ?

http://www.maison-sauvage.fr/#

* Massaya mexicain bio, 70% arabica, 30% robusta.

 


Rentrée classe et pause cafe
image_pdfimage_print

Le 26 août 2018

Classe : bientôt la rentrée !

 

Aux mots croisés du jour :

La meilleure def’: « Il boit jusqu’à être noir » (buvard)

 

Classe ! Demain, c’est la rentrée, je prépare mes cartouches … pour la pause café 😉
et profite de ma dernière journée de farniente pour baguenauder*, buvoter
et même bouiner** : le retour sur la route des zincs et la reprise des chroniques,
ce sera dimanche prochain (Patience !!)

En attendant, il me faut préparer outils scripteurs et supports de scriptation
avant d’aller retrouver apprenants et didacticiens formatifs dans leurs espaces clos
de dispensation du savoir : créer de la vitesse sera impératif car c’est un vrai
replacement planifié dans un milieu plus ou moins connu*** qui m’attend !

Pour conclure : éviter de broyer du noir et se mettre à l’énergie scolaire …

Et pour se remettre au jus :
http://www.cafepedagogique.net/Pages/Accueil.aspx

* Errer sans but précis.
** Ne rien faire.
*** Stylos et cahiers, élèves et professeurs, classes, courir et course (Merci Najat !!) http://www.liberation.fr/societe/2015/04/24/education-parlez-vous-le-nouveau-programme_1261738

 

 


Artiste-peintre-de-cafe-Ouzin
image_pdfimage_print

Le 19 août 2018

Artiste peintre … de café !

 

Aux mots croisés du jour :

La meilleure def’: « On peut la boire en mer » (tasse)

 

Ouzin* est un artiste, non pas un petit mais un grand noir, doté d’un grain de folie:
Il utilise des objets détournés du quotidien. Sa dernière mouture, c’est le café
qu’il peint avec ses doigts ou une cuillère, voire les deux. C’est fort de café !

Pour conclure : le café, c’est sa tasse de thé !

http://artouzin.blogspot.com

* Originaire du Sénégal, l’artiste vit à Montpellier et est reconnu pour sa technique de peinture unique au monde.

 


Tempête en Trégor
12/08/2018

Tempête en Trégor

image_pdfimage_print

Le 12 août 2018

Tempête en Trégor, 22 700 Perros-Guirec

Aux mots croisés du jour :

La meilleure def’: « Entre côtes » (île)

 

Avis de tempête ! Ca va tanguer dans le Trégor …

Pour conclure : …  gare à ne pas boire la tasse !


Page 10 of 73« First...89101112...203040...Last »