image_pdfimage_print
Balade dans le vieux Mans
21/10/2018

Déodéba

image_pdfimage_print

Le 21 octobre 2018

Déodéba, 3 place Saint-Michel, 72 000 Le Mans
Du mardi au samedi de 11h à 19h
(fermeture de 12h30 à 14 h mardi et jeudi)
Note globale : 13
Situation : 14
Cadre : 13
Accueil : 13
Ambiance : 14
Café : 13
Prix d’un café : 1,50 €

 

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Ils sont parfois enceintes » (remparts)


Cernée par son antique muraille gallo-romaine, la Cité Plantagenêt* a conservé ses maisons
à pans-de-bois aux fenêtres Renaissance et leurs lourdes portes cochères. Ses vieilles ruelles nous font remonter le temps, et pour un peu, on ne s’étonnerait pas de voir surgir Ronsard
et du Bellay** …

A l’ombre de l’imposante cathédrale, une étonnante petite boutique :
« Dépôt-vente, magasin de décoration, salon de thé » : nous y sommes !

Sur les historiques pavés de la place, quelques tables de jardin invitent Manceaux et touristes à profiter de la douceur automnale – sans doute la terrasse la plus tranquille de la Cité Cénomane !
A l’intérieur, un dédale de petites salles qui débordent de vêtements, chaussures et objets de toutes sortes. Dans l’une d’elles, deux autres tables de jardin invitent à un café, un chocolat,
un thé ou un jus de fruits – voire une petite douceur.

J’opte pour le premier, un éthiopien bio équitable à l’arôme délicat, tandis que mon cher et tendre préfère un cocktail orange-carotte-citron qu’il scanne aussitôt. « Excellent », le rassure Yuka*** : 100% de fruits et légumes, bio, sans sel ni graisses saturées mais un peu trop sucré.

Autour de nous, des créations artisanales sont exposées, ensemble hétéroclite qui peut prêter
à débat … mais quand on les découvre, on a plutôt tendance à pousser des oh !
Un visage qui nous épie ? Non, un vieux téléphone à qui l’on a coincé des jumelles de théâtre entre les oreilles ! Un sportif qui hisse une pendule à bout de bras ? Non, une cisaille de jardin qui donne l’heure ! Et moult autres objets détournés qui valent vraiment le détour :
décidément, ce créateur sarthois**** a du talent !

Pour conclure : un lieu original pour consommer autre … Mans.

http://deodeba.blogspot.com/p/le-salon-de-the.html

* Ainsi nommée en l’honneur d’Henri II, père de Richard Coeur-de-Lion, né au Mans en 1133.
** C’est ici qu’ils créèrent la Pléiade.
*** Application mobile qui scanne nos produits et les analyse pour indiquer leur impact sur notre santé, tout en proposant des alternatives à ceux qu’il vaut mieux éviter.
**** Kristianjr.


Cépage-montmartrois-lamarck-caulaincourt
image_pdfimage_print

Le 14 octobre 2018

Le Cépage Montmartrois, 65 rue Caulaincourt, 75 018 Paris

Tous les jours de 8h à 23h45
Note globale : 12
Situation : 13
Cadre : 13
Accueil : 11
Ambiance : 14
Café : 10
Prix d’un café : 2,30 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Sifflé avant l’entrée » (apéro)


Du haut de la Butte, on dévale les célèbres escaliers montmartrois.
Quelques pauses bienvenues, notamment cette impasse piétonne* pleine de charme
où notre café du jour a installé sa terrasse … autant dire qu’elle est agréable !

L’intérieur a beaucoup moins de cachet malgré quelques mosaïques Art déco d’origine**.
Mais il est confortable et spacieux ; au moins, on n’est pas collés comme des poulets en batterie !
Et puis surtout, il y a une vraie ambiance. On est loin des sentiers toursitiques et les clients sont tous des habitants du “village” ou des amoureux de Montmartre.

– M’sieur Marcel, remettez-moi un coup de pinard !
(Cà, c’est bien un nom de patron de café !)
– Une minute, Ginette, faut qu’j’serve l’ancêtre !

Ici, on vient pour un petit verre, accompagné parfois de quelques huîtres à l’apéro.
Et puis, cette semaine, c’est la Fête des Vendanges *** : 5 jours durant lesquels on célèbre
le vin du Clos Montmartre dans une ambiance joyeuse où la gastronomie n’est pas oubliée.
Dans notre brasserie (bien nommée), un menu vendanges**** est à l’honneur, avec moules
et bières à volonté, accompagnés d’un fromage ou d’un dessert.

Le café par contre ne semble pas leur tasse de thé : l’attaque est brutale.
On imagine bien Lino Ventura en train de le siffler avec ses Tontons flingueurs de compères …
et s’en reprenant un deuxième dans la foulée (mais nous, on ne peut pas : on n’a pas sa résistance !)

Pour conclure : café qui nous laisse … cep-tiques !

http://www.pariszoomtv.com/brasserie/le-cepage-montmartrois-bar-brasserie-75018-paris/

* « Square Caulaincourt ».
** 1909.
*** Depuis 1934.
**** 16 euros.


Le Maresquier, place Saint-Augustin
07/10/2018

Le Maresquier

image_pdfimage_print

Le 7 octobre 2018

Le Maresquier, 12 place St Augustin, 75 008 Paris

De 7h30 à 1h (10h le samedi / fermé le dimanche)
Note globale : 13,5
Situation : 13
Cadre : 14
Accueil : 14
Ambiance : 14
Café : 13
Prix d’un café : 3,00 €

 

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « On y porte des verres de contact » (cocktail)


A deux pas de la fièvre de Saint-Lazare, un quartier tranquille et cossu :
Saint Augustin du nom de l’église au dôme monumental qui trône sur sa place centrale.
Face à elle, un imposant bâtiment d’inspiration néo-classique : le Cercle National des Armées* aux sculptures militaires et colonnes surmontées de statues, avec, à ses extrémités,
deux brasseries aux larges terrasses.

On choisit la plus calme, face au square : Repos !
Mais les places au soleil ont été prises d’assaut, va pour l’intérieur ! Char-mant au demeurant : parquets et tapis, cheminée et toile de Jouy. Confortable aussi : fauteuils et canapés en cuir, tables à damiers pour les joueurs et un élégant meuble à tiroirs transformé en comptoir.
Pas uniforme non plus, avec son bataillon d’objets rétro : képis, pendules, vieux poste de radio
et machine à écrire, miroir et livres anciens, et même un gramophone – pas un « faux-nographe*** », un vrai gramo’, avec sa grande oreille**** et sa manivelle !

Des hommes d’affaire terminent leur déjeuner – on y mange bien en général 😉
D’autres s’y donnent rendez-vous pour prendre non pas un canaon, mais un cocktail, mon cher ; on vient également y dîner après un spectacle**.
Ici, on sait aussi faire parler la poudre … de cacao. Avis aux grand-mères : un chocolat chaud
leur est spécialement destiné ; un breuvage non pas à 3 balles mais au Grand Marnier*****,
oui Madame !
Les serveurs sont impeccablement sanglés dans leur tenue noire et les prix aussi magistraux
que l’édifice : chic et cher … une addition qu’on n’apprécie guerre.

Pour conclure : coup de fusil près du Cercle des Armées.

https://www.lemaresquier-paris.com

* Oeuvre de Charles Lemaresquier, architecte en chef des palais nationaux, il accueille depuis 1927, officiers, fonctionnaires de la Défense et titulaires de la Légion d’honneur, ainsi que leurs familles et invités.
** Notamment le théâtre Tristan Bernard qui propose des pièces comiques dans une salle de 1911 au décor opulent.
*** Son ancêtre né au XIXème, progressivement remplacé au siècle suivant par le gramophone, puis l’électrophone ou pick-up ou tourne-disques, conjointement au magnétophone, eux-mêmes éclipsés par les techniques de reproduction sonores permises par la numérisation.
**** Son pavillon, dispositif d’amplification en tôle décorée, de forme conique.
***** Depuis 1876, cette liqueur associant la force du cognac à l’exotisme de l’orange des Caraïbes est reconnue pour sa finesse et devenue un produit de luxe (On la retrouvait par exemple sur le très chic paquebot du Titanic).


Cravan-cafe-Hector-Guimard-Auteuil
30/09/2018

Café Cravan

image_pdfimage_print

Le 30 septembre 2018

Café Cravan, 17 rue la Fontaine, 75 016 Paris

Tous les jours de 8h à 23h
Note globale : 16
Situation : 13
Cadre : 17
Accueil : 17
Ambiance : 17
Café : 17
Prix d’un café : 2,50 €

 

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « Il broie du noir » (torréfacteur)


Entre la maison de la Radio et le village d’Auteuil, Hector Guimard, pape de l’Art Nouveau,
a réalisé un ensemble d’immeubles rues Agar, Gros et La fontaine.
Les touristes avertis se pressent devant son Castel Béranger – une référence pour le Modern Style ! – mais ne manquent pas de remarquer ce petit bijou de café qui n’a pas bougé depuis 1911 … et se prennent à rêver au Paris d’antan.
Autrefois « Café Antoine », il avait été renommé « Le berger et les poissons » et sa terrasse, bâchée d’un infâme plastique orange : sacrilège ! Heureusement, la nouvelle équipe lui a rendu son charme – également un nouveau nom, celui d’un ami* d’Apollinaire qui habitait juste à côté.

A l’intérieur, cet authentique bistrot de poche a conservé sa décoration d’origine inscrite aux Monuments Historiques : plafond fixé sous verre, carrelage ancien, miroirs patinés, fresques** et faïences murales.
Quant au vieux zinc, il occupe à lui seul la moitié de la salle. Avis à nos canadiens préférés, habitués aux grands espaces :
on est vraiment au coude à coude ici !
Mais du coup, on cause … comme dans un bistrot quoi ! Petit, donc convivial !
Hélène, une habituée, engage justement la conversation et nous propose de goûter son succulentissime noisette,
sur la mousse duquel Thomas, le jeune barista, a dessiné une feuille.

C’est un passionné qui raconte avec force détails l’histoire de son nectar tout en le préparant avec le plus grand soin : sélectionné parmi les meilleurs au monde puis fraîchement torréfié *** (« juste ce qu’il faut, pour faire ressortir le terroir »), stocké ensuite dans de petites boîtes pré dosées et moulu à la dernière minute dans un appareil spécifique préservant sa finesse.
Sur les cocktails, sodas maison et petits plats bistrotiers aussi, il est intarissable …

Pour conclure : petit café pour un grand café !

https://www.instagram.com/cravanparis/

* Fabian Avenarius Lloyd dit Arthur Cravan (né à Lausanne en 1887, disparu dans un golfe mexicain en 1918), est un poète et boxeur considéré, tant par les dadaïstes que par les surréalistes, comme l’un de leurs précurseurs.
** Scènes du quartier : courses à l’hippodrome d’Auteuil et canotage au Bois de Boulogne.
*** Stéphane Cataldi de Louargat (Côtes d’Armor)


Kiez-Biergarten-Dix-huitieme-arrondissement
23/09/2018

Kiez Biergarten

image_pdfimage_print

Le 23 septembre 2018

Kiez Biergarten, 24 rue Vauvenargues, 75 018 Paris
Tous les jours de 9h à 2h (10 h le dimanche)

Note globale : 12
Situation : 11
Cadre : 10
Accueil : 13
Ambiance : 14
Café : 13

Prix d’un café : 2,00 €

Aux mots croisés du jour :
La meilleure def’: « A le rythme dans la peau » (tambour)


Kiez (prononcer « Kitz »), ça veut dire « mon quartier », là où l’on vit, quoi !
Quant à Biergarten – littéralement « Jardin à bières » -, c’est typiquement le bistro allemand.
Dès le trottoir, la longue et étroite table en bois donne le ton. Puis, la déco vintage de la salle nous rappelle l’Allemagne des seventies (notre banquette est largement éventrée !)
Au dessus d’une porte, l’Ampelmann* a été détourné : Rouge ? Patienter. Vert ? On peut aller se soulager ! Quant au « jardin », c’est plutôt une petite cour intérieure, sans grand intérêt à cette heure, sinon d’être à l’air libre et à l’abri des passants. Mais on retrouve les bancs et tables de l’entrée et on l’imagine vite bruyante et conviviale quand elle est animée … voire surpeuplée !

Pour passer commande, révisez votre Deutsch ; on ne parle pas la langue de Molière ici !
Mais l’accueil, quoique distrait (préparation du brunch** oblige !) est sympathisch et notre café de bonne facture. On le prend d’ailleurs plutôt en fin d’après-midi avec un Apfelstrudel ou un Käsekuchen*** pour le traditionnel Kaffee-Kuchen. Car on vient là pour trinquer : bières variées et (réellement) allemandes – les téméraires peuvent commander une Mass Bier****: même pas peur ! -, vins d’outre-Rhin, voire Fritz Cola … pour rester couleur locale !
Et pour éponger, des bretzels tout chauds ou un bon vrai casse-croûte*****.

L’ambiance peut monter très vite : de la lecture tranquille aux jeux de société, on passe à la partie de babyfoot ou la retransmission de matchs de la Bundesliga ou de la Manschaft !
Et que dire pendant l’Oktoberfest de Münich ou le Karnaval de Cologne : rangez vos bouquins !

Pour conclure : pour une virée t’Hambourg battant.

https://www.kiez.fr

* Petit bonhomme des passages piétons berlinois indiquant si l’on peut traverser ou pas.
** Brunch dimanches et jours fériés, 100% maison, 21,50 € (prix égal à l’âge de l’enfant pour
les moins de 12 ans) : charcuteries allemande, hareng, fromages, Obazda (crème épicée au camembert typiquement bavaroise !), omelettes, et salades pour le salé ; Müesli, fromage blanc frais, Apfelstrudel, gaufres au miel ou au Nutella et fruits frais pour le sucré, avec des pains allemands et des boissons – jus de fruits (industriel), thé et café.
*** Feuilleté roulé aux pommes, raisins secs et cannelle servi tiède ou chaud ;
gâteau au fromage blanc frais.
**** Choppe d’un litre de bière.
***** Curry wurst de Berlin, Hamburger de Hambourg, Nürnberger de Bavière, Späzle de Souabe, Kartoffelsalat du Nord ou fameuses Schnitzels de la Oma de Niki …


Page 10 of 74« First...89101112...203040...Last »