image_pdfimage_print
Mon Café à Saint-Antoine
28/06/2020

Mon Café

image_pdfimage_print

Dimanche 28 juin 2020

Mon café, 182 Rue du Faubourg Saint-Antoine, 75 012 Paris
Tous les jours de 7h à 2h (9h le WE)
Horaires post-confinement : jusqu’à 22h.
Prix de l’expresso : 2 €
Brunch week-ends et jours fériés : 20 €

 

Pin Pon ! Pin Pon ! Vite, en réanimation ! Trois mois sans bistrots, c’est lourd de conséquences, et pas seulement
au niveau de la socialisation. Nos corps tout entiers sont en état de choc. Le remède ? « Mon Café » !

Sur l’esplanade de l’hôpital Saint-Antoine*, sa terrasse accueille les sevrés de la caféine et leurs symptômes** :
– Fatigue extrême ? Un fauteuil en osier leur tend ses accoudoirs pour se reposer à l’ombre des grands arbres.
– Maux de tête ? L’ambiance tranquille et bon enfant les apaise.
– Irritabilité ? L’accueil simple et souriant les décontracte.
– Incapacité à se concentrer ? Calme et grand air les aident à retrouver leurs esprits.
– En état pseudo-grippal*** ? Le personnel médical est sur place, et en nombre : c’est ici qu’il s’abreuve entre deux gardes.

Leurs jobs ? Médecins ou infirmiers. Leur groupe sanguin ? Caféine !
Et oui, l’expresso est leur principal remède pour retrouver de l’énergie,
ou simplement changer d’atmosphère quand ils en ont marc.
Ils échangent quelques bonnes histoires pour décompresser :
– L’une de mes patientes est venue consulter parce qu’à chaque fois qu’elle buvait un café,
elle avait une douleur terrible à l’œil gauche : en fait, elle oubliait juste d’enlever la petite cuillère de sa tasse !
– Encore une qu’avait un grain !
– Et moi, l’une des miennes est totalement accro, limite sous perfusion :
elle en boit tellement que quand un moustique la pique, il fait de la tachycardie ! (Non, ce n’est pas moi !!)

Mais l’orage menace. Tout le monde se précipite à l’intérieur. Vieilles pierres et bois verni,
tables façon bistrot et leurs nappes à carreaux rouges, c’est rétro. Et aussi chaleureux que l’accueil …

Pour conclure : on est torréfié par toutes ces histoires.

http://www.bistrot-moncafe.com/

* A l’est de la capitale, on manquait d’hôpitaux sous la Convention … et les révolutionnaires n’appréciaient guère 
les religieuses : ils les ont donc évacuées de l’ancienne abbaye de Saint-Antoine qu’ils ont transformée en hospice. Heureusement, ils ont conservé une partie de sa bâtisse dont l’imposante façade inscrite aux monuments historiques.
De chaque côté de l’esplanade, deux bistrots ont étalé leurs terrasses : « les Blouses blanches » et « Mon café ».
** Critères diagnostiques du sevrage de la caféine du DSM 5 
(« Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders » : manuel diagnostique et statistiques des troubles mentaux)
*** Nausées, vomissements ou douleurs musculaires / raideurs.


Coffee-shop
21/06/2020

Sunday in SoHO

image_pdfimage_print

Dimanche 21 juin 2020

Sunday in SoHo, 7 rue Saint-Marc, 75 002 Paris
Tous les jours de 8h30h à 16h, de 10h à 17h le WE
Prix de l’expresso : 2,50 €
Brunch week-ends et jours fériés

 

Qui a dit qu’on ne pouvait plus voyager ? Nous sommes à SoHo*, en plein cœur de Manhattan. Ou plutôt nos papilles, car les frontières sont toujours fermées. Ce sont donc elles qui nous y transportent ce matin grâce à un couple de new-yorkais : il y a deux ans, ils ont ouvert ce coffee-shop à deux pas des Grands Boulevards, avec un brunch à l’américaine incontournable dit-on : idéal pour la fête des pères, isn’t it ?

La boutique n’est pas grande, on doit même y être collés-serrés en cas d’affluence, mais elle est lumineuse et épurée.
Au fond, un nostalgique de la Grosse Pomme parcourt le « Time »** mis à disposition (of course !), tout en dégustant quelques cookies (ils étaient évidence sur le comptoir, il a craqué !)
A l’étage, le cadre est plus cosy : parquet, poutres, canapé et tables plus espacées, il y en a même une grande pour ceux
qui viennent en meute (pensez à réserver !) Derrière la verrière, on aperçoit la team s’affairer en cuisine : un vrai spectacle !
Mais par grand beau, c’est dehors qu’il faut s’installer : la rue adjacente est piétonne. A l’abri de l’agitation et des pots d’échappement, on y savoure un brunch typically US. Pas de formule, on choisit ses assiettes à la carte***.
Elles sont peu nombreuses mais home-made, colorées, goûteuses, avec une touche d’originalité. C’est simple :
le niveau de qualité est tel qu’on n’a pas pu trouver de point faible !

Souriants et réactifs, les serveurs sont aussi américains … et avec les masques, pas toujours faciles à comprendre pour
les non anglophones (heureusement, notre aîné est bilingue !) Petite brise oblige, on délaisse jus de fruits pressés et
autres smoothies maison pour des boissons chaudes. Bonne pioche : ils savent faire du café !  Signé Coutume (célèbre torréfacteur parisien), il est travaillé dans les règles de l’art et avec une nouvelle machine high tech qui leur permet d’absolument tout régler : acidité, force … jusqu’aux notes aromatiques. Et le fait est qu’il est acidulé à point – très fort aussi : on peut lui préférer le (bon) Latte ! 

Pour conclure : saut haut en matière de qualité !

https://www.sundayinsoho.com/

* SoHo : de « South of Houston », ce quartier étant effectivement situé au sud de cette rue.
**Time (Today Information Means Everything), principal magazine d’information hebdomadaire américain, 
créé en 1923 à New-York.
*** Assiettes salées :
1. « Greenback toast » : écrasé d’avocat, feta, tomates, concombre, pain grillé et son oeuf. 
2. « Morning Nourish » : omelette, champignons, avocat, épinards, patates douces et tranches d’une miche
moelleuse et croustillante. 
3. « Eggspectation » : oeufs au bacon et pommes de terre maison accompagnées de pain toasté.
       Assiettes sucrées :
1 et 2. Bowls de Granola maison aux fruits de saison –> Yaourt grec pour le « GG YO » ou baies d’açaï pour la « Hanalei Bay »
3. « Banana bread » : cake moelleux nappé de ricotta au miel, brisures d’amandes et baies fraîches.


Inavoué du Marché Saint Honore
14/06/2020

L’Inavoué

image_pdfimage_print

Dimanche 14 juin 2020

L’Inavoué, 4 impasse Gomboust, 75 001 Paris
Tous les jours de 11h à 1h
Horaires post-confinement : jusqu’à 22h.
Prix de l’expresso : 3 €
Brunch week-ends et jours fériés : 17 €, boissons non comprises

 

Inavoué … mais surtout inattendu ! A deux pas de la célèbre place Vendôme, ce joyau se cache dans un écrin de verdure.
Sa terrasse s’étire au fond d’une (large) impasse, en toute discrétion. Loin de l’effervescence de la ville, si loin …

En guise d’accueil, un flacon de gel hydro alcoolique trône sur le guéridon à l’entrée : on ne risque pas d’oublier
les gestes barrière ! On s’installe ensuite à l’extérieur – post confinement oblige.
Un pur bonheur ! Dans cette enclave piétonne, bien à l’abri des regards, on profite de ce lieu simple et bohème.
Plantes vertes et suspensions en macramé, grands coussins et objets chinés, tout est fait pour nous dépayser.
Bercés par le doux bruit d’une fontaine, on se sent à mille lieues de la capitale …

Quand les températures auront chuté, il sera toujours temps de se réfugier à l’intérieur – avec un peu de chance,
le coronavirus aura tiré sa révérence ! Avec ses banquettes de velours et sa cheminée, il est intime et chaleureux.
On s’imagine déjà dîner aux chandelles dans cette ambiance tamisée propice aux confidences, voire au secret … inavoué ?

Mais pour l’heure, c’est brunch ! Et si on le prend au jardin, cela n’empêche pas l’élégance : les serviettes blanches sont
en tissu, les couverts en métal argenté et la vaisselle à l’ancienne. Le contenu de l’assiette est tout aussi raffiné et la présentation soignée. Les œufs brouillés à huile de truffe sont moelleux, les toasts à l’avocat craquants (mention spéciale au pain noir !). Ils sont accompagnés d’un granola aux fruits, de pancakes au sirop d’érable et de mini moelleux au chocolat. Un unique plat donc, mais copieux autant que savoureux. Tout est fait maison avec des produits frais nous précise d’ailleurs notre serveur, un jeune homme souriant et efficace.

La boisson n’est pas comprise, mais les jus frais minute incontournables. On opte pour la « Vis ta mine », composée de carottes, pommes et gingembre : un puissant antioxydant, anti-inflammatoire et antifatigue. De quoi prendre des forces avant de replonger dans la trépidante vie parisienne 😉

Pour conclure : se trouver dans une impasse devient ici un plaisir.

https://inavoue.com

* Inavoué mais incontournable depuis novembre 2017, quand trois amis ont ouvert ce restaurant situé dans une enclave
de la place du marché Saint-Honoré.


Brasserie Bellanger
07/06/2020

Brasserie Bellanger

image_pdfimage_print

Dimanche 7 juin 2020

 

Brasserie Bellanger, 140 rue du Faubourg Poissonnière, 75 010 Paris
Tous les jours de 8h à minuit
Horaires post-confinement : jusqu’à 22h.
Prix de l’expresso : 2,50€

 

Marie-Louise Bellanger compilait soigneusement ses recettes dans un petit carnet … resté confiné au grenier des années !
Un siècle plus tard, Charly, son arrière-arrière-petit-neveu le découvre par hasard. Fils de cuisinier, il est tout de suite intéressé – que dis-je : passionné ! Il vient de trouver une pépite, un morceau de notre patrimoine culinaire !
Il était ingénieur ? Qu’à cela ne tienne ! Il passe ses CAP de cuisine et pâtisserie. Avec Victor, son inséparable copain,
il teste ensuite des dîners entre amis. Puis le duo se lance avec un restaurant éphémère suivi de cette brasserie près de
la Gare du Nord. Depuis un an, leur carte vintage affiche des plats traditionnels* inspirés de cette belle époque familiale.

La salle est chaleureuse : guirlandes de plantes et de néons, sièges en velours et tables dorées pour le glamour.
Mosaïques et affiches anciennes ajoutent un côté rétro et la vaisselle dépareillée une touche  bohème – mention spéciale aux pichets en forme d’animaux ! Le portrait de l’aïeule trône en bonne place à l’entrée. Et du bar en marbre, on aperçoit
la cuisine ouverte où l’équipe s’affaire dans un joyeux brouhaha.

Mais impossible de s’y installer aujourd’hui. Si le rideau a pu se lever mardi, seule la terrasse est autorisée,
post confinement oblige. Heureusement, elle a triplé de volume. Grâce aux places installées sur les emplacements
de stationnement**, elle est passée d’une vingtaine à plus de 70. Et ça ne désemplit pas ! Après 77 jours de fermeture***, les clients sont trop heureux de retrouver un espace de convivialité. La file d’attente s’étire sur le trottoir mais les serveurs les soignent aux petits oignons. Ils assurent un masque pour tous les installer 😉 !

Enfin à nous ! Servi dans une tasse en grès, le café est une divine surprise. Une attaque ronde et harmonieuse,
suivie d’une belle longueur en bouche. C’est qu’il vient de chez Joris, meilleur torréfacteur de France – excusez du peu !
Le dimanche, on le savoure avec l’un des desserts du brunch, un cookie incroyablement croustillant et moelleux, accompagné de boules de glaces choco-noisette et caramel au beurre salé …

Pour conclure : on est partant pour un Charly hebdo.

https://victoretcharly.com

* Tous faits maison à partir de produits en provenance directe de petits producteurs, le tout pour un prix modique.
** Conformément à l’autorisation de la Mairie jusqu’à la fin du mois de septembre.
Cf. Règles d’ouverture post-confinement pour les cafés : http://lescafesdottilie.fr/bientot-en-terrasse/    
*** Durant le confinement, le chef a partagé quelques unes de ses recettes sur le site.
Celle du (très gourmand) coulant au chocolat notamment, devait permettre aux clients de tenir le … choc !


Terrasse de café sous conditions
image_pdfimage_print

Dimanche 31 mai 2020

 

Feu vert pour un service au verre : le premier Sinistre a lancé la phase 2 du déconfinement, ce sera mardi.
Mais les conditions sanitaires drastiques* entraînent déjà une pluie de protestations. D’autant que restaurateurs
et cafetiers de la zone orange ** devront patienter encore au moins 3 semaines pour rouvrir en totalité. Pour eux,
seul le service en extérieur sera autorisé d’ici là : la terrasse comme planche de salut !
Mais que faire quand le trottoir est trop étroit ? Ou s’il pleut ? Si les boissons ne peuvent couler, ils finiront noyés.
L’orage ou plutôt la rage menace. Certains sont vent debout contre l’obligation de mettre leurs clients dehors.
Même ceux qui ont de la bouteille n’ont encore jamais vu ça.

En attendant, dans deux jours, la moindre terrasse sera prise d’assaut !
Alors pour aider nos parisiens en manque de grand air, voici notre best of :

– Ier: http://lescafesdottilie.fr/la-rose-de-france/ Place Dauphine, île de la Cité
– IIè : http://lescafesdottilie.fr/stern-passage-des-panoramas/ Les passages
– IIIè : http://lescafesdottilie.fr/la-terrasse-des-archives-paris/ Le Marais
– IVè : http://lescafesdottilie.fr/les-philosophes-paris/ Le Marais
– Vè : http://lescafesdottilie.fr/cafe-panis-notre-dame-paris/Face à Notre Dame
– VIè : http://lescafesdottilie.fr/l-heure-gourmande-du-passage-dauphine/
– VIIè : http://lescafesdottilie.fr/la-comtesse-tour-eiffel/ Face à la tour Eiffel
– VIIIè : http://lescafesdottilie.fr/paris-london/ Face à la Madeleine
– IXè : http://lescafesdottilie.fr/terrasse-choron-paris/ Quartier Châteaudun
– Xè : http://lescafesdottilie.fr/bistrot-theatre-de-la-renaissance/Pte St Martin
– XIè : http://lescafesdottilie.fr/le-bistrot-du-peintre-bastille/  Bastille
– XIIè : http://lescafesdottilie.fr/aux-cadrans-gare-de-lyon-paris/ Gare de Lyon
– XIIIè : http://lescafesdottilie.fr/caffetteria-de-la-felicita-station-f/ Station F
– XIVè : http://lescafesdottilie.fr/la-boheme-montparnasse/ Montparnasse
– XVè : http://lescafesdottilie.fr/le-bistrot-du-parc-balard-paris/ Parc André Citroën
– XVIè : http://lescafesdottilie.fr/au-petit-bistrot-d-auteuil-paris/ Auteuil
– XVIIè : http://lescafesdottilie.fr/the-place-to-wagram-ternes/ Ternes
– XVIIIè : http://lescafesdottilie.fr/la-maison-rose-montmartre-paris/ Montmartre
– XIXè : http://lescafesdottilie.fr/paname-brewing-company-bassin-villette/ Villette
– XXè : http://lescafesdottilie.fr/mon-coeur-belleville-vue-tour-eiffel/ Belleville

Pour conclure : une terrasse, sinon rien !

* Protocole d’ouverture :
– Les tables seront espacées d’un mètre.
– Les groupes seront limités à 10 personnes.
– Un seul serveur s’occupera de chaque table ; il devra se laver les mains toutes les 30 mn ou avoir des gants.
– Les personnels porteront un masque en salle et en cuisine, tout comme les clients durant leurs déplacements.
– La consommation debout ne sera pas autorisée à l’intérieur des salles.
– Il faudra privilégier le menu numérique, en scannant un QR code par exemple, présenter la carte à l’oral
avec une distance suffisante ou demander aux clients de se désinfecter les mains s’il est sur support papier.  
– Les buffets seront autorisés sous réserve de la mise en place d’un sens de circulation et d’un marquage au sol.
– Les distances de sécurité seront aussi respectées dans les files d’attente aux toilettes.

** Mayotte, la Guadeloupe et l’Ile de France.


Page 2 of 8312345...102030...Last »